Le Tribunal Administratif suspend l’arrêté anti-locations saisonnières à Nice de Christian Estrosi

Le tribunal administratif de Nice a suspendu ce lundi l'arrêté du maire de la ville, Christian Estrosi. Il souhaitait interdire les locations saisonnières dans la commune afin de réduire les risques épidémiques liés à un afflux de touristes du 6 au 20 février.

Le tribunal administratif en a décidé autrement ce lundi. Il valide le recours de l’Union Professionnelle de la Location touristique (UPLT). Le risque épidémique n’était pas démontré. Le maire de Nice a l’intention de contester la décision du tribunal administratif devant le Conseil d’État. "La même juridiction qui m’a reconnu le droit, voire le devoir d’agir face aux circonstances exceptionnelles que connaissait la Ville de Nice lors de l’examen du recours contre le couvre feu ou le port du masque, tient aujourd’hui le raisonnement inverse, estimant que comme le Préfet n’est pas intervenu c’est que la situation ne serait pas exceptionnelle, et ne justifierait pas de mesures exceptionnelles ! Quelle bizarrerie ! Allez comprendre ! Mieux vaut s’en remettre au Conseil d’Etat. Nous ferons donc appel de cette décision."

Partager

Laisser un commentaire