Les caméléons du vaccin

Que les choses soient claires, le début de la campagne de vaccination est un échec et même un fiasco. Avoir par faiblesse donné des gages aux anti-vaccins en laissant supposer que leur prudence était légitime et même scientifiquement fondée était une erreur majeure qui n'a fait qu'augmenter le sentiment de défiance dans la population.

Mais que dire de l’attitude des oppositions , de l’extrême gauche à l’extrême droite en passant par les partis soit disant " de gouvernement" : une armée hétéroclite de caméléons.

Dans un premier temps ces responsables politiques pourtant presque tous persuadés de la nécessité du vaccin se sont bien gardés de saluer et de promouvoir la campagne de vaccination afin de ménager une opinion publique considérée comme une future réserve électorale. Le silence fut assourdissant.

La seule manifestation des oppositions a au contraire consisté à défendre les anti- vaccins sur la question du passeport sanitaire. Celui-ci étant considéré comme une atteinte majeure à la liberté. En fait cela a consisté à élever le droit de contaminer les autres au rang de droit de l’Homme. Le gouvernement, une fois de plus, a cédé en moins d’une journée.

Mais le meilleur restait à venir. Constatant que partout - absolument partout- dans le monde, le vaccin est célébré comme Le remède et que les premiers millions de vaccinations se sont déroulés sans incident notable, les oppositions se sont misent à anticiper un probable retournement de l’opinion devant l’évidence. Du coup, changement de couleurs chez nos caméléons : on squatte les plateaux télés pour stigmatiser le retard pris par la France en matière de vaccinations.

Le pouvoir actuel n’aura pas à l’évidence l’oscar de la meilleure gouvernance mais avec de telles oppositions en face de lui il n’a pas vraiment à s’inquiéter pour son avenir électoral .

Patrick Mottard, PRG

Partager

Laisser un commentaire