Les lycées régionaux transformés en centres de vaccination ?

Les élections régionales approchent ( sauf avis défavorables pour raison sanitaire sont programmées le 13 et 20 juin) et Renaud Muselier, président sortant qui se voudrait également "rentrant", se démène comme un diable pour embellir son bilan avant de se présenter face aux électeurs. Vieux routier de la politique, il sait très bien que la mémoire est courte et il est essentiel de réussir le dernier kilomètre. Pour cela , sa boîte aux idées marche en permanence et les propositions fusent les unes après les autres.

Le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier propose de mettre à disposition les gymnases de tous les lycées publics de ses six départements pour vacciner la population contre le Covid-19 aux vacances de printemps.

Cette initiative s’inscrit dans la stratégie nationale d’accélérer encore la vaccination pour lutter contre la pandémie de Covid-19 et à l’appel du président Emmanuel d’accélérer la vaccination en France. Le projet de la région a été soumis au ministre de la Santé Olivier Véran pour autorisation.

Quelque 150 salles polyvalentes et gymnases dans des lycées de Nice à Marseille en passant par Digne-les-Bains ont été recensés par la région, qui propose de les ouvrir pendant les deux semaines de vacances de Printemps de la zone B, soit du 26 avril au 9 mai pour accélérer encore la lutte contre l’épidémie.

Un véritable plan est prévu pour donner exécution à ce projet d’envergure.

En outre, la région prévoit de sélectionner « six vaccinodromes » pour permettre une « vaccination intensive » pendant deux semaines.

Pour parvenir à tenir la cadence, la collectivité prévoit la mise en place pendant cette période d’une « réserve exceptionnelle » autour de 5000 personnes, composée de soignants à la retraite et des 10000 étudiants infirmiers.

Enfin, six « vaccinobus » vont dans les jours qui viennent progressivement se rendre « de façon exceptionnelle » dans les villages les plus reculés.

Par ailleurs, des « arrêts spéciaux » seront instaurés pour les cars régionaux « qui passent déjà dans les environs » des vaccinodromes sur « chacune de leurs rotations classiques » pour faciliter l’accès à tous les habitants.

À ce jour, 512.000 personnes ont reçu une première injection en Paca, région qui compte quelque 5 millions d’habitants

Partager

Laisser un commentaire