Ligne 2 et 3 du tramway : il y a un problème pour Patrick Allemand

Hier, Patrick Allemand, conseiller municipal de l'opposition, présentait dans ses bureaux, une étude, qui démontre, qu'il manque environ 20 millions d'euros, pour parvenir au parfait fonctionnement des lignes 2 et 3 du tramway, comme l'avait présenté, Christian Estrosi, maire de Nice.

"La situation réelle n’est pas autant idyllique que la version livrée par M.Estrosi" s’exclame Patrick Allemand. Tout d’abord au niveau du temps de trajet. Christian Estrosi avait annoncé une durée de 26 minutes du trajet entre le port et l’aéroport, avec un tram toutes les quatre minutes. Mais les vérifications du groupe "Un Autre Avenir pour Nice" contredisent les dires du maire de Nice.

Aujourd’hui, au départ de Jean Médecin, il y a, en tout, 11 rames à une fréquence de 6 minutes chacune. Qu’elles aillent au Terminal 2 de l’aéroport ou au Centre Administratif, le calcul a été fait : "entre 9h01 et 10h03, le temps de parcours des 11 rames a varié entre 24 et 29 minutes, soit une moyenne de 27 minutes" affirme Patrick Allemand. Ces premières constatations, montrent déjà bien, qu’il sera impossible de faire port-aéroport en 26 minutes, car il y encore deux stations à desservir, avant le terminus Port Lympia (environ 5 minutes en plus). Ce qui allonge le trajet à 32 minutes et non 26, comme l’avait annoncé M.Estrosi.

Il y aussi un problème de fréquence, qui obligera à augmenter le nombre de rames. La fréquence actuelle est d’un tram toutes les 6 minutes (elle passera à un tram toute les 4 min. en sept. 2019). Mais là est le problème. Pour faire un trajet complet (aller-retour), un tramway met 66 minutes (66/6 soit 11 rames nécessaires). Les comptes sont bons jusque-là.

Mais si l’on ajoute les 5 minutes entre Jean Médecin et Port Lympia et inversement, la révolution (temps d’une rame pour faire deux départs) passera à 76 minutes (10 min. en plus). Avec la fréquence donnée à un tram toutes les 4 minutes il faudra : 76/4 soit 19 rames nécessaires, alors que la Ville, en a mis seulement 16 en exploitation. "Ces 16 rames ne suffiront pas à la fréquence prévu à la rentrée" . Il faudra donc rajouter au minimum 3 rames en exploitation sur le ligne 2, en plus des 3 de réserve (21 au total seulement pour la ligne 2).

La ligne 3, mise sur la touche ?

Selon la Métropole, il y a aura 7 rames de prévues pour la mise en service de la ligne 3. Mais la Métropole, va peut-être faire le choix, de prendre les 3 nécessaires, pour parvenir au bon fonctionnement de la ligne 2. Là est l’autre problème, il restera donc seulement 4 rames pour l’exploitation et la réserve de la ligne 3. Elle sera donc inexploitable, tant que des changements ne sont pas faits.

Une histoire de rame

Patrick Allemand l’affirme : "pour parvenir à une parfaite circulation de la ligne 2 et 3 du tram, il faut encore de l’investissement". A la rentrée, la fréquence, passe à 4 minutes. Si elle n’est pas tenue, la L2 ne suffira pas à désengorger la totalité des usagers des bus supprimés. Il faudra donc selon lui : "a minima 29 rames pour un fonctionnement optimale" et non 26 comme prévu.

De plus, la situation de la rentrée risque d’être irrésolvable. Il faudra peut-être plus des 32 minutes retenues, aux heures de pointe, pour réaliser le parcours. Le temps aller-retour sera donc supérieur à 76 minutes. Le nombre de rames pour tenir la fréquence de 4 minutes de la L2, sera donc, de 21 (+4 en réserve). La ligne 3 aura besoin de 7 rames. Ce qui fait, au total, 32 rames, soit 6 de plus que déjà commandé. "L’achat de ces 6 rames est à hauteur de 20 million d’euros" explique M.Allemand. En attendant la commande des 6 trams manquants, il faudra, selon lui : "soit cannibaliser la L3, soit renoncer à la suppression des bus qui transit par la Prom’".

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message