La députée Marine Brenier paladin de l’authenticité de la cuisine française ( et nissarde)

La France est réputée dans le monde entier pour la richesse et la diversité de sa gastronomie. Le repas gastronomique des Français* est l’une des premières traditions culinaires enregistrées sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Pourtant, la création culinaire n’est inscrite dans aucun code et la cuisine traditionnelle n’est pas protégée. Dès lors que nous parlons de création culinaire, un vide juridique persiste. "Le droit actuel ne permet pas en l’état d’offrir une protection réelle des recettes de cuisine de notre terroir et de nos traditions" affirme Marine Brenier, députée des Alpes-Maritimes, qui vient de déposer une proposition de loi pour inscrire dans le code du patrimoine la création d’une nouvelle institution : la « Fondation pour la Gastronomie Française », qui a pour mission de répertorier les recettes traditionnelles, de les protéger et d’identifier les restaurateurs qui respectent la recette ancestrale. À cela devrait s'ajouter un Institut National de la Création Culinaire Certifiée, en dressant l’organisation, les compétences et les procédures juridiques pour la protection des créations culinaires.

Marine Brenier ne cache pas son enthousiasme pour cette cause "La salade niçoise, le Paris-Brest, le cassoulet, le bœuf bourguignon… La France est riche de sa gastronomie et est aimée de tous dans le monde entier ! Malheureusement , cette richesse est confrontée à de nombreuses imitations. Quel choc de trouver des haricots ou pommes de terre dans une salade niçoise !"

"Tout cela dans un seul et unique but : redorer l’image de nos cultures culinaires " dit la jeune députée qui espère dans un soutien transversale de ses collègues pour arriver au bout de sa démarche.

Effectivement, dans ce cas, idéologies et batailles de pouvoir devraient rester hors-débat, quoi que toutefois on pourrait arriver à déclarer que les haricots sont de droite et les pommes de terre sont de gauche !

*À travers cette inscription, le 16 novembre 2010, la spécificité du repas français a été reconnue, au même titre que de nombreuses traditions sociales et culinaires dans le monde : la cuisine mexicaine, la diète méditerranéenne, le Washoku (tradition culinaire des Japonais), et plus récemment (2017) l’art du pizzaiolo napolitain.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message