Masques transparents en crèche : une fenêtre sur la vie pour les enfants

Annoncés par le ministère de la Santé, les masques transparents ont été distribués un peu en avance à Nice en fin de semaine dernière. Pour les enfants, il s'agit d'une fenêtre rouverte sur le langage non-verbal, si important pour eux.

Après une phase de test concluant sur cinq établissements (un service d’accueil familial et quatre crèches) débuté au mois de novembre, l’utilisation de ce masque transparent a finalement été adopté par les professionnels de la petite enfance et les enfants. Chez les tout petits, les effets sont parfois saisissant : "je me souviens d’un bébé qui au retour du retour du confinement, lorsqu’on lui montrait notre visage faisait des bruits de bouche, comme s’il se rendait compte que l’autre avait une bouche. Je pense que chez l’enfant il y a cette question de savoir, est-ce que l’autre a une même bouche que moi ?" C’est ce que souligne Pascale Agostini-Kieffer, psychologue de la petite enfance à la ville de Nice, en précisant que ce masque pour l’enfant est une porte ouverte chez les nourrissons qui pour certains n’avaient encore jamais eu la possibilité de voir un visage dans sa quasi-totalité.

Un sourire pour les enfants qui deviennent plus amicaux et joueurs, mais aussi pour des parents rassurés par le fait de moins sentir l’aspect anxiogène du masque pour leur progéniture au sein des crèches. Pour Anne-Laure Rubi il y avait urgence à réagir pour trouver une solution durable autre que le port des masques traditionnels : "de 0 à 3 ans, le tout-petit construit son langage et sa parole par mimétisme du mouvement de la bouche des adultes. Nous avons contacté une fabrique française APF France handicap puis avons choisi les lieux de test. Il fallait voir comment les agents et les enfants allaient accueillir ce nouveau masque."

Lavable à 60°C, pour une limite de 20 utilisations, ce masque coûte 8,97€ et sera rapidement distribué dans les 28 crèches municipales comme chez "Les Petits Poètes" dont l’équipe d’accueil a participé à la phase de test. En tout, 1 200 masques ont été commandés et d’autres arriveront très prochainement afin de fournir à chaque agent trois protections jusqu’à la rentrée prochaine.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire