Nice et la Métropole annoncent un "plan de guerre " en soutien des commerçants de proximité

Dans cette crise sanitaire, il y en priorité l'humain , bien sur mais... il faut aussi faire attention à la situation économique qui peut être aussi "pandémique" , même si d'une autre manière ! "Primum vivere, deinde philosophari", disait bien Sénèque.

Donc, face à l’impact majeur causée par l’épidémie de Covid 19 sur la vie économique , Christian Estrosi a tenu à réunir par vidéo-conférence hier matin les acteurs de la vie économique du territoire et les représentants des commerçants de proximité*, afin de faire un point de situation et de discuter des solutions à engager dans les prochaines semaines.

A l’issue de la concertation , des mesures ont été annoncées , dont certaines seront votées vendredi en bureau métropolitain :

> Une prise en charge des loyers professionnels (dans la limite de 500 euros) pendant la durée des fermetures administratives des entreprises de moins de 5 salariés et dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 250 000 euros. Il s’agit d’une subvention, et non d’une avance.

> L’exonération des loyers pour les entreprises, commerces ou associations installés dans des locaux appartenant à la ville ou à la Métropole

>L’abondement par la Métropole Nice Côte d’Azur à hauteur de 1 million d’euros au fonds d’urgence coordonné par la CCI Nice Côte d’Azur. Ce fonds d’avances remboursable est doté de 8M€ et permettra de soutenir les entreprises des Alpes-Maritimes.

> Un vœu a destination du Gouvernement et du Parlement à aller plus loin en introduisant dans la loi une disposition permettant d’exonérer les petites entreprises de leur Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) qui pèse en effet très lourdement sur les entreprises.

Le Maire de Nice proposera au Gouvernement d’instaurer une taxe spécifique sur le E-commerce qui aujourd’hui bénéficie très largement de la crise et ne contribue pas de manière suffisante à la redistribution nécessaire à la sortie de crise.

La Ville de Nice avait déjà décidé de la gratuité du stationnement sur voirie, de l’annulation des droits de terrasse et d’occupation du domaine public pendant toute la durée de la crise, de la mise en place d’un annuaire permettant aux commerçants, artisans et maraichers de la Métropole de signaler leurs commerces ouverts et qui proposent des livraisons ou de la vente à emporter, et l’engagement de partenariats avec les petits producteurs et les grossistes du MIN et les grandes surfaces pour écouler les productions.

À la sortie de la crise, de nouvelles mesures adaptées à cette crise inédite seront prises »

Parmi lesquelles :

>Soutien à la consommation niçoise par l’organisation de festivités et notamment d’une grande Braderie qui permettrait aux commerçants de vendre rapidement les stocks et d’obtenir de trésorerie, avec création de bons d’achats à valoir dans les commerces de proximité

> Lancement d’une campagne de communication ciblée sur l’encouragement à « consommer niçois » pour favoriser le soutien aux emplois locaux

>Exonération de la redevance d’occupation du domaine public pour les terrasses et éventaires pendant un mois après la réouverture des commerces

*Patrice Begay, directeur exécutif BPI France ; Jean Pierre Savarino, Président de la Chambre de commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur ; Jean-Pierre Galvez, président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ; Michel Dessus, Président de la Chambre d’Agriculture des Alpes-Maritimes ; Philippe Desjardins, Président de la Fédération du Commerce niçois, Laurent Champenois, Président de Nice Avenue ; Lauriano Azinheirina, Directeur général des services de la Ville de Nice et de la Métropole Nice Côte d’Azur.

Partager

Laisser un commentaire