Nice retrouve ses traditions et célèbre la Sainte Réparate

Chaque année, les fidèles Niçois rendent hommage à sainte Réparate, sainte patronne de Nice et de Florence, et lui rendent hommage au cours d’une procession dans le Vieux- Nice qui s’achève à la Cathédrale. C'était avec plaisir, qu'après la suspension de l'année dernière pour raisons sanitaires, que cette tradition a pu être retrouvée. Un public nombreux a participé et assisté à l'exhibition folklorique du groupe La Ciamada Nissarta.

C’était avec plaisir, qu’après la suspension de l’année dernière pour raisons sanitaires , que cette tradition a pu être retrouvée.

Un public nombreux a participé et assisté à l’exhibition folklorique du groupe La Ciamada Nissarta.

Une Messe pontificale en la cathédrale Sainte-Réparate était célébrée par Monseigneur André Marceaux en présence des autorités, suivie par dépôt de gerbes au Monument aux Morts de la cathédrale, place Rossetti.

Dans l’après-midi un Concert de l’Orchestre d’Harmonie en la cathédrale Sainte-Réparate a conclu les festivités.

Sainte Réparate est une jeune chrétienne, vierge et martyre, patronne de Nice et de Florence. Originaire de Césarée de Palestine, elle serait morte en 250, sous le règne de l’empereur Dèce (249-251), lors de la persécution brève mais violente, qu’il mena à l’encontre des nouvelles religions. Selon la tradition, le supplice de Réparate commença par le feu mais elle fut sauvée par une averse providentielle. Ses bourreaux essayèrent de lui faire avaler de la poix bouillante, mais ayant survécu miraculeusement à l’épreuve, elle sera décapitée. Son corps, déposé dans une barque, dériva sur la Méditerranée. Des anges auraient amené l’embarcation jusqu’au rivage niçois, donnant ainsi, dit-on, leur nom à la baie de Nice. Les restes de la Sainte furent ensevelis dans une chapelle en vieille ville, avant d’être déposés en 1690 dans la cathédrale, consacrée en 1699 et placée sous la protection de Réparate.

Partager

Laisser un commentaire