Nouveau rebondissement dans l’affaire gare du Sud de Nice

Depuis 2017, le projet ne cesse de faire parler de lui... Dans un nouveau communiqué, Christian Estrosi se dit prêt à "engager une résiliation pour faute" contre l'exploitant Urban Renaissance.

La halle, quartier libération, est au coeur d’une nouvelle polémique.

Plus de 3 ans après son inauguration, celle qui comptait initialement une trentaine d’établissements, n’en dénombre plus que sept.

Gouffre économique pour la ville, la gare du Sud manque cruellement de rentabilité... Pour Christian Estrosi, à l’origine du projet, la société Urban Renaissance est responsable de son manque d’attractivité et parle de "stratégie de délitement".

Si le groupe ne réagit pas, ce dernier se dit prêt à les poursuivre en justice : "je souhaite obtenir des garanties sur la volonté du groupe de favoriser un projet alternatif. Si nous n’obtenons pas d’avancées dans les semaines qui viennent, j’engagerai une procédure de résiliation pour faute."

Du côté des niçois, un mécontentement fragrant face à ce fiasco économique dont certains tiennent le maire pour responsable :

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire