"On fait tout ce que l’on peut pour éviter le confinement"

Après ce premier week-end de confinement, le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez, a organisé une conférence de presse pour faire le point.

Il était l’heure de faire un premier bilan. Couvre-feu, week-ends confinés... Les restrictions se sont multipliées ces derniers jours. Tout cela avec un objectif simple : stopper la propagation du virus dans le département. Le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez, avait donc décidé d’organiser une conférence de presse pour faire un point sanitaire sur la situation actuelle. Il était accompagné par Romain Alexandre, directeur départemental de l’Agence Régionale de Santé, et par le Professeur Milou-Daniel Drici, responsable du laboratoire de pharmacologie et toxicologie médicales au CHU de Nice.

Durant son discours, le préfet a souhaité "remercier les citoyens pour leur respect scrupuleux des règles." Bernard Gonzalez a également réfuté certaines accusations : "Il n’est pas possible d’affirmer qu’il y aurait eu un exode massif vers l’arrière-pays niçois. Pour preuve, le nombre de véhicules descendant des vallées dimanche soir était relativement faible." Autre fait notoire, le taux de fréquentation dans les stations de ski est resté "très mesuré, entre 40 et 65%."

Plus de 1 200 verbalisations ce week-end

Durant ce premier week-end de confinement, 21 500 personnes ont été contrôlées par les forces de l’ordre. Au total, 1 212 verbalisations ont été dressées pour l’absence de masque ou le non-respect du confinement. De son côté, la police municipale a procédé à plus de 520 verbalisations. Malgré ces chiffres, Bernard Gonzalez tire un bilan positif de ce week-end de confinement : "Je me réjouis car le sens des responsabilités a prévalu. Le message a été entendu."

Le préfet des Alpes-Maritimes a annoncé un maintien de ce dispositif pour le week-end prochain. D’autres contrôles sont donc à prévoir. Après ce deuxième week-end de confinement, il sera temps de tirer d’autres conclusions. "On fait tout ce que l’on peut pour éviter le confinement. On est mobilisé, mais il faut que la population se conforme aux règles", assure Bernard Gonzalez. En effet, la situation demeure toujours très délicate. Les Alpes-Maritimes possèdent ainsi un taux d’incidence de 617, un chiffre trois fois supérieur à la moyenne nationale.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire