Paroles de confinement

Le Club de la Presse 06 a été contraint d’annuler la soirée de présentation, de notre annuaire des médias de la Côte d’Azur. Nous sommes désolés pour l’Université Nice Côte-d’Azur et tous nos partenaires. Ces derniers, ainsi que tous les membres du club, seront avisés quand nos annuaires seront disponibles.

Le jour où nous avons décidé d’annuler cette soirée, très rares étaient ceux qui imaginaient une telle progression, fulgurante, du coronavirus. Désormais, nul ne peut se soustraire à l’emprise médiatique et économique de cette pandémie. La peur, mauvaise conseillère, s’empare d’une partie de la population en ces jours noirs.

Le rôle des médias n’a jamais été aussi crucial depuis 1945. Comment informer sur la crise sanitaire tout en répondant à l’injonction « Restez chez vous » sans céder aux sirènes de l’émotionnel et entretenir une psychose ? Tel est le défi qui s’impose à tous les journalistes.

Dans ce contexte chaotique, il convient de saluer le remarquable travail de terrain de la presse quotidienne régionale, trop souvent traitée avec condescendance dans certains cénacles parisiens. La PQR démontre la force de l’information de proximité. Nice Matin, en particulier, couvre avec rigueur la pandémie et déploie tous ses moyens.

De notre côté, dans ce numéro d’Intermed, nous abordons les problèmes de fond, de respect de l’éthique, posés par la couverture de cette pandémie. La lutte contre les fake news s’est structurée dans la plupart des rédactions, comme l’atteste notre revue de presse « anti-fausses nouvelles ».

Et puis nous donnons la parole à des confrères. Ils témoignent de la manière d’organiser leur travail en ces temps de confinement. Ils font le récit de leur quotidien. Certains journalistes ont été atteints par la maladie. Ils racontent leurs jours de souffrance puis de bonheur. De reprendre goût à la vie.

Paul Barelli, président du Club de la Presse 06

* soirée prévue pour le 17 mars

Partager

Laisser un commentaire