Philippe Vardon : "Christian Estrosi doit débattre ce jeudi"

Lors d’une conférence de presse hier après midi à Nice, Philippe Vardon, candidat rassemblement national aux municipales, fustige le comportement de Christian Estrosi qu’il juge « méprisant ». Selon lui, l’actuel Maire de Nice ne doit pas renoncer à débattre jeudi sur France 3.

L’équipe de campagne du maire sortant Christian Estrosi a fait savoir que celui-ci ne participerait pas aux différents débats prévus par les chaînes régionales dans le cadre du second tour des élections municipales. Pour le candidat RN Philippe Vardon, l’actuel maire "fuit" le débat : "il a l’habitude et semble pourtant apprécier les plateaux TV. Entre le 16 mars et le 10 juin, il a tout de même participé à 19 passages télévisés dont deux 20h", s’exclame le candidat d’extrême droite. Tout au long de sa conférence de presse, l’homme de 39 ans n’a pas épargné son adversaire : "il a peur de ses adversaires, il fuit la contradiction, je crois même qu’il me fuit tout particulièrement", ose-t-il avant de poursuivre : "sans doute n’a-t-il pas envie qu’on parle des pistes cyclables, des restrictions de circulation qu’il impose à beaucoup d’automobilistes niçois ou encore de l’appel à la prière lancé pendant 15 jours depuis une mosquée installée dans les locaux municipaux".

"C’est à se demander si Monsieur Estrosi regrette le confinement"

Dans la profession de foi du maire sortant, Philippe Vardon regrette que son adversaire "ne parle que de l’immense aide apportée aux Niçois". "C’est à se demander si Monsieur Estrosi regrette le confinement", poursuit-il, "ces derniers mois n’ont pas balayé les problèmes de la ville mais les ont davantage mis en lumière", s’insurge le candidat RN. "Je ne refuserai jamais le débat, il essaie de neutraliser le second tour car il se voyait déjà élu à l’issu du premier. Christian Estrosi a trois jours pour changer d’avis, et s’il n’est pas présent, je parlerai quand même sur lui, de son bilan et de ses fautes", prévient-il avant de conclure : "j’appelle les niçois à sanctionner ce mépris dans les urnes en lui apprenant qu’une élection n’est pas acquise d’avance".

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire