Plan de rénovation énergétique : un avenir meilleur pour la faculté de lettres et sciences humaines niçoise ?

54 millions d’euros de budget seront bientôt alloués à l’Université Côte d’Azur pour son projet de rénovation énergétique des bâtiments publics… A quoi faut-il s’attendre du côté d’une des plus vieilles facultés niçoises ?

En décembre dernier, le campus Carlone rencontrait un problème de chauffage.
Interrogés par France Bleu, de nombreux étudiants s’étaient plaints du froid glacial (une dizaine de degrés) qui régnait dans les amphithéâtres.
Ils avaient même confié devoir garder leur doudoune…voire leurs gants durant les cours.

Le directeur du patrimoine, avait alors déclaré que la fac’ de lettres faisait face à un problème de chauffage et d’isolation.

Grâce au plan de rénovation énergétique établi, ces problèmes d’isolation - et de chauffage - devraient enfin se régler. Et pour cause, les travaux prévus pour Carlone débuteront en juin et concerneront principalement les façades, qui devraient être ravalées et mieux isolées. Des grilles brise-soleil et des fenêtres à haute performance énergétique seront aussi posées.
Enfin, des panneaux photovoltaïques seront installés, les éclairages seront changés et remplacés par des LEDS et des îlots végétalisés seront construits.

Pour la directrice de la communication de l’Université Côte d’Azur “cela fait partie de la responsabilité sociétale de l’université que de se lancer dans le développement durable

Si des changements sont donc enfin prévus sur le campus de lettres, arts et sciences humaines, selon certains étudiants, ce n’est pas suffisant.

Nesrine et Célia, 2 élèves en dernière année de licence au sein de la faculté, jugent “les travaux d’isolation nécessaires, voire vitaux”.
On meurt de froid en hiver et on transpire en été… cela engendre des problèmes de concentration, notamment lors des partiels…” soupire Célia.

Pour ce qu’il en est des conditions à l’intérieur des bâtiments, les étudiantes dénoncent un état vétuste : “il y a des trous, des fissures dans les murs et des fuites d’eau, ça ne donne vraiment pas envie d’aller en cours !

Elles mentionnent également un manque de matériel informatique dans les salles de cours : “Beaucoup de salles ont des vidéoprojecteurs défaillants, ou n’en disposent pas… Parfois on perd 20 à 25 minutes, à chaque début de cours, le temps que les professeurs remédient à la situation

À l’écoute des remarques des étudiants, la directrice de communication se veut rassurante : “ce plan de rénovation énergétique est une première étape de modernisation qui va enclencher par la suite, j’imagine, des travaux qui seront peut-être plus visibles d’un point de vue esthétique, mais pour l’instant ce qui nous importe c’est le confort de nos étudiants”.

Si du côté des autres campus, la situation semble différente, les 2 élèves révèlent un sentiment d’injustice. “On a le sentiment d’être la cause oubliée de l’université…Quand on regarde les facultés de sciences, de droit ou même Polytech… ça n’a rien à voir !” se lamente Célia.

Navré d’entendre cette impression, le directeur du patrimoine réfute l’idée d’un quelconque système de privilège et soutient qu’il n’y a pas de lien avec la formation mais seulement avec l’ancienneté du bâtiment. Selon lui, “l’avenir repose aussi sur les étudiants en lettres, sciences humaines et arts".

Parking fermé et stationnements manquants : les problèmes internes à la faculté semblent en cacher d’autres…

Depuis fin juin 2021, le parking de la faculté demeure fermé, en raison d’un risque d’effondrement.
Les étudiants se voient donc obligés de stationner leur véhicule très loin du campus ou à des emplacements non-autorisés.
Et pour beaucoup d’entre eux, la rénovation du parking devrait être une priorité à Carlone.
On ne peut plus se garer, je suis parfois obligée de venir une heure avant le début du cours pour espérer trouver une place”, nous raconte Nesrine.

Amendes et mises en fourrière, l’étudiante dénonce également un manque d’indulgence de la part de la municipalité : “les policiers ne se gênent pas… ils savent que nous sommes des étudiants et que nous faisons face à un problème de stationnement mais on les voit en permanence tourner autour de la fac. Je me suis déjà pris plusieurs amendes depuis le retour des vacances d’Hiver’”.

Interrogée sur la question du parking, la directrice administrative du campus répond qu’une réouverture partielle est en cours d’étude : “nous sommes en lien avec un bureau technique qui évalue le nombre de voitures que le parking aérien pourrait accepter”.
Elle ajoute réfléchir à d’autres solutions comme l’ouverture, pour certains étudiants, du parking réservé aux personnels de la fac’ : “nous travaillons avec des élèves pour voir combien de voitures pourraient accueillir notre parking et sur quels critères nous pourrions l’ouvrir”.

La municipalité, quant à elle, encourage les étudiants à se garer dans les parkings relais puis à venir en tram et en bus.

En ce qui concerne la rénovation potentielle du parking, la directrice affirme que l’université est consciente de la problématique rencontrée par les étudiants mais que “les sommes et les travaux concernés par ce parking sont énormes" et qu’il faut donc du temps "pour trouver une solution

Cela fait 60 ans que c’est ainsi, on ne pourra pas tout changer en un an, mais la volonté y est” conclut-elle.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire