Post- Déconfinement : la crise économique impose de passer de l’urgence à la relance

Le passage de la crise sanitaire cette à la crise économique , les derniers chiffres de la DGS et de l'INSEE confirmant ce relais, font apparaître l'urgence que la phase 2 du déconfinement -qui va partir mardi prochain avec la reprise des activités commerciales -, soit accompagné de mesures de relance qui s'ajoutent et intègrent celles d'urgence prise lors du confinement. "L’impact sur l’emploi et l’activité économique de Nice , le territoire métropolitain et maralpin s’est fait largement ressentir. De nombreuses entreprises sont en situation de survie" est l'analyse de Christian Estrosi , Maire de Nice et Président de la Métropole ( et candidat à sa succession)°. Pour Christian Estrosi, ne pas réagir ce serait périr. Pour lui, il s'agit de passer d'un plan d'urgence* mis en place au mois de mars au moment du pic de la crise sanitaire, a un plan de relance. Justement, puisque la situation est grave et demande une intervention urgente et consistante , le plan présenté donne l'idée d'une politique de l'eau tiède, alors qu'il faudrait verser de l'eau bouillante. Dans ces cas ( figurativement) , il faudrait un électro-choc pour faire sortir le patient du coma alors qu'on a plutôt l'impression de lui vouloir porter confort. Comme on dit dans ces cas : La messe est servie. Ubi missa , ibi mensa ( in commensalité).

En tout cas, ce plan qui a été annoncé hier en présence des acteurs économiques locaux et qui a pris le nom de Pacte économique pour l’emploi s’articule autour de trois grands axes : protection, relance, restructuration.** Sur le deuxième semestre 2020, le pacte sera doté d’un budget supplémentaire de 3,5M€.

Les actions s’articuleront par projets :

Emploi-Formation : améliorer la rencontre entre l’offre d’emplois et la demande en anticipant les besoins des entreprises en termes de compétences et de nouvelles formations à mettre en place et identifier les profils correspondant à leurs besoins.

Industrie & Innovation : intervention en fonds propres pour la capitalisation, voire à la relocalisation d’entreprises stratégiques sur le territoire, en particulier dans les secteurs de l’industrie et de l’innovation. Un Plan pluriannuel de Requalification et Revalorisation de nos Zones industrielles et des Sites d’activités économiques pour les rendre plus attractifs et plus compétitifs, notamment dans une démarche d’Ecologie Industrielle Territoriale.

Tourisme & Commerce : Programme d’accompagnement pour les PME du tourisme et Appel à Projets d’innovation en tourisme responsable et durable pour attirer et expérimenter de nouvelles solutions technologiques dans le cadre de la politique de ville intelligente. Incubateur de commerces avec nos partenaires pour former et conseiller les futurs commerçants et gérants d’établissements dans le lancement de leur activité dans un contexte de crise.

°Si en 2019, il y avait eu une baisse importante du nombre de demandeurs d’emplois sur la Métropole (-5,5%), les chiffres publiés par Pôle emploi pour le 1er trimestre 2020 montrent une nette augmentation (+12%). Les prévisions de l’INSEE font penser à un deuxième trimestre encore plus négatif.

Les secteurs touristique et événementielle, qui représentent une part significative de l’économie du territoire redémarrent dans des conditions défavorables avec les frontières fermées ( au moins jusqu’au 15 juin) et les voyages internationaux en avion réduit au minimum.

Sans surprise, les secteurs de l’hôtellerie-restauration et des commerces sont les plus touchés. Plus de 200 000 salariés sont en chômage partiel sur les Alpes-Maritimes (deux tiers des emplois salariés du département). retrouveront-ils leur place dans un environnement morose ?

*La prise en charge des loyers professionnels pour les commerçants et artisans, les hébergements touristiques et les entreprises culturelles et artistiques. A ce jour, nous avons versé 1,5M€ aux petites entreprises du territoire à travers ce dispositif.
Une contribution de 1M€ au fonds de soutien départemental piloté par laCCI, ainsi qu’1M€ au fonds de prêt COVID Résistance Région.
Exonération des droits de terrasse et d’occupation du domaine public.
Le lancement d’un label de confiance sanitaire qui est un gage du respect par l’entreprise des règles de sécurité sanitaire en vigueur. Plus de 400 établissements bénéficient déjà du label sur la Ville de Nice.
La gratuité des transports en commun et du stationnement sur voirie.
Avance de 40 % aux entreprises titulaires d’un marché public avec la Métropole qui en formuleront la demande.
Report perception de la taxe de séjour, soutien au monde associatif, offre événementielle, nouvelles commandes publiques, etc.

**1. PROTECTION : Sauvegarder l’activité économique et les entreprises à court terme via les mesures d’urgence que nous avons mises en place.
2. RELANCE : Sécuriser la reprise d’activité et le retour à l’emploi à moyen terme pour soutenir le redémarrage dans une période post-confinement et donner les moyens aux entreprises de rebondir.
3. RESTRUCTURATION : Intensifier la diversification de notre tissu économique et développer un modèle économique résilient et durable à long terme en tirant les enseignements de la crise sanitaire et de la fragilité économique de notre territoire pour renforcer notre compétitivité.

Partager

Laisser un commentaire