Précarité, décrochage scolaire, dépression, les étudiants sont dans le dur

Depuis quelques mois, de nombreux étudiants prennent la parole pour dénoncer un mal-être profond. La situation sanitaire actuelle est une véritable épreuve pour cette jeune génération.

Cela fait maintenant près d’un an que la France et le reste du monde traverse l’une des crises sanitaires des plus compliquées de l’histoire. Durant cette année écoulée, de nombreux étudiants sont dans le flou. Précarité, cours en distanciel, décrochage scolaire, dépression... Il est difficile de mettre des mots sur leurs sentiments.

Dans toute la France, que ce soit par les réseaux sociaux ou par des lettres, différentes personnes ont tenté d’alerter le Gouvernement pour expliquer le désarroi et le sentiment de solitude qui règne chez ces jeunes. "On a stigmatisé les étudiants" affirme Amaury Baudoux, président de l’association Face06. Les jeunes ont été pointés du doigt concernant la propagation du virus, notamment après avoir organisé des fêtes clandestines en grand public.

Amaury Baudoux condamne ces propos. "On nous a ciblé alors que je ne pense pas que l’on soit plus responsable qu’une autre partie de la population". Pourtant, eux aussi sont des victimes de la Covid-19, "on a énormément d’étudiants qui sont en échec scolaire depuis un an. Huit heures de visioconférence par jour, c’est injouable. Ainsi, on ne peut pas être épanoui dans les études". Au-delà de ce problème, les examens sont également remis en cause : "On se retrouve avec des examens à double tranchant, c’est-à-dire soit ils sont trop simples et les diplômes ne valent plus grand chose. Ou au contraire ils sont très durs, voir plus jouables."

Des situations dramatiques pour être entendu

Seulement, il a fallu arriver à des situations dramatiques pour voir un intérêt autour des étudiants. Mais aujourd’hui, le Gouvernement et les médias s’expriment davantage sur cette génération. "Les classes les plus touchées sont en première ligne. Il y a un accroissement de la précarité étudiante qui est forte, vraie et brutale" tire comme conclusion le président de Face06.

En effet, il le voit avec la fréquentation de l’épicerie dédiée aux étudiants les plus démunis "sur toute une année universitaire, on en a eu moins que sur cette moitié d’année, ce n’était jamais arrivé". Mais Amaury Baudoux relativise sur la situation actuelle : "On est confronté à quelque chose d’inédit. Je crois qu’on a encore beaucoup de retombées dont on ne se rend pas compte aujourd’hui".

Pour aider les personnes dans le besoin, il croit plus que jamais au milieu associatif. "Le cœur des associations est de répondre à des problématiques. Avec Face06 on essaie de répondre à la problématique de la précarité étudiante, d’isolement social.". Les jeunes sont les futurs professionnels, il s’agit d’une génération à préserver. "C’est la population de l’avenir mais qui aujourd’hui est faible."

La réaction d’Emmanuel Macron

Le président de la République a décidé d’agir lui aussi. Compte tenu de la complexité de la situation dans laquelle se trouve les étudiants, il souhaite prendre des mesures pour aider les jeunes dans le besoin. Tout d’abord, il y aura désormais deux repas à 1€ par jour. Etudiants boursiers et non-boursiers pourront profiter de cela au sein des restaurants universitaires.

Au-delà de l’aspect économique, la santé mentale est très importante. Pour cela, Emmanuel Macron a annoncé qu’il était désormais possible pour les étudiants de venir à l’université une fois par semaine. Et enfin, à partir du 1er février, un "chèque psy" est créé. Cela signifie que tout étudiants ressentant le besoin de s’exprimer auprès d’un professionnel n’auront aucun frais à avancer.

Avec ces mesures, le président de la République veut montrer qu’il est à l’écoute des jeunes.

Appel à la mobilisation

En tant que première organisation de jeunesse des Alpes-Maritimes, la FACE 06 affirme que "le gouvernement et les universités se doivent de faire en sorte que les étudiants puissent retourner à la faculté, en présentiel, pour suivre leurs cours." Des aides financières et psychologiques devront être mises en place dans les plus brefs délais afin de lutter contre cette situation.

Conscients de la réalité, les responsables de la FACE 06 appellent les étudiants azuréens à une mobilisation responsable au parc de Valrose, mardi prochain, tout en respectant les gestes barrières.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

à propos de l'auteur

Jane Doe

Rédacteur

Laisser un commentaire