Premier couac dans la majorité régionale. Agnès Rampal voulait être Vice-Présidente. Elle ne l’est pas, alors elle s’en va...

Agnès Rampal, voulait le titre de Vice-Présidente et non pas seulement celui de Présidente de Commission. Comme ne lui a pas été attribué, elle quitte le Conseil régional.

Chargée de l’Euro-Méditerranée , elle s’estime lésée d’un droit mérité après tant d’années de travail pour faire avancer ce dossier qui lui tient visiblement à coeur : "Cela fait des années que je travaille pour fluidifier les relations entre la terre qui m’a vu naître et celle où je vis aujourd’hui."

Elle justifie celui qu’on pourrait voir comme un acte d’égocentrisme : "Je suis surprise que de nouveaux venus obtiennent le poste que j’espérais, alors qu’ils viennent à peine d’être élus."

Pas de noms mais une allusion à peine voilée. Malheureusement pour elle, les jeunes ont les dents longs.

Le président de la Région Renaud Muselier précise : "Il n’y a que quinze vice-présidents, je suis bien obligé de les répartir. Mme Rampal était à la tête d’une commission faite sur mesure. Ça ne la satisfait pas, j’en prends acte. Les missions qu’elle assumait seront ventilées."

La démission de l’élue niçoise va permettre au premier adjoint au maire de Saint-Laurent-du-Var, Thomas Berettoni, d’intégrer l’hémicycle régional. Lui aussi, c’est un jeune, certainement content de profiter de l’aubaine.

Quant à Agnès Rampal, elle ne regrette pas sa décision : "Je continuerai à siéger au Conseil Municipal où je m’occupe de l’Euro-Méditerranée".

Comment on dit "sortir par la porte et entrer par la fenêtre ?

Partager

Laisser un commentaire