Rencontre avec Miss Côte d’Azur

Nice Premium a rencontré Miss Côte d'Azur Valeria Pavelin, à l'hôtel Martinez de Cannes. C'était l'occasion d'en apprendre davantage sur elle. Miss France sera diffusé le 11 décembre sur TF1.

Valeria Pavelin est heureuse de représenter la région Provence Alpes Côte d’Azur, et plus particulièrement la Côte d’Azur à l’élection Miss France. « C’est un honneur et une fierté. C’est l’expérience de ma vie. C’est incroyable ce qu’il se passe pour moi. C’est tellement un honneur pour moi de représenter la plus belle région de France, que j’en perds mes mots. Je ne peux pas expliquer à quel point je suis honorée d’avoir reçu ce titre, il y a deux semaines à peine. » Les élections s’enchaînent pour elle, puisqu’elle était une des dernières miss régionales à être élue, et qu’elle va maintenant partir pour Miss France.

Qui ne tente rien n’a rien

Miss Côte d’Azur s’est lancée dans cette aventure, en s’inscrivant d’abord au concours local. Elle a vu une annonce sur Instagram, qui recherchait des jeunes femmes pour Miss Mandelieu. Elle a tenté l’expérience, en se disant « on verra ce que ça donne ». Elle a eu raison, puisqu’elle est maintenant Miss Côte d’Azur, alors qu’elle ne s’y attendait pas.

Devenir Miss France, un rêve de petite fille

Elle réalise un rêve de longue date. « Toutes les filles rêvent d’être Miss France, depuis qu’elles ont six ans. » Elle en rêvait, et elle l’a fait. Pour elle, cela va au-delà d’un concours de beauté. « Ce n’est même pas un concours d’élégance, ou de beauté pour moi. C’est l’opportunité de pouvoir défendre des causes qui nous tiennent à cœur, à plus grande échelle, de part notre notoriété. »

Le grand départ

Les miss s’apprêtent à partir à l’aventure, d’abord à Paris, puis sur l’île de La Réunion, pour le voyage officiel annuel. Valeria est très impatiente. « J’ai si hâte de découvrir l’île de La Réunion, les autres candidates, de faire des shootings au bord de l’eau. On aura un décor paradisiaque. » C’est une chance en novembre.

Elle n’a pas toujours été aussi populaire

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les miss aussi ont pu être critiquées dans le passé, mais se sont brillamment relevées.
Etre appelée « petit canard » a forgé le caractère de l’azuréenne. « Pour moi, chaque personne évolue à son rythme. Tout le monde éclot comme une rose. Chacun passe par une période où il n’est peut-être pas à son avantage physiquement. Au final, tout le monde évolue et grandit d’une belle manière. »

Le sport

Elle a fait du sport à haut niveau. Cela l’aide dans la compétition actuelle, tout comme ses études médicales prenantes. « Cela m’a demandé énormément de rigueur, de minutie et d’ambition. Ce n’est que du positif pour Miss France, parce que justement ça me permet de ne pas lâcher ce que j’ai en tête, d’y aller à fond pour y arriver. »

Les causes qu’elle défend

Du fait de ses études, Miss Côte d’Azur souhaiterait en priorité sensibiliser la population au domaine médical, et aux aides à la personne. « Je serai très apte à expliquer tout ce qui concerne le médical et la santé, vu que c’est ce que j’ai travaillé pendant des années. » Elle a travaillé à l’hôpital, lorsqu’elle était externe en médecine. Elle a aidé beaucoup d’associations. « On touche un peu à tout, donc j’ai été en oncologie. J’ai déjà touché à tout ce qui concerne les transplantations, le sang avec l’EFS (Établissement français du sang). J’ai un peu déjà vu tout ça de part et d’autre avec mes études. »

Si elle peut, elle défendra aussi d’autres causes. « Je veux défendre le maximum de choses qui me tiennent à cœur. » Lors de sa dernière élection, elle avait parlé des animaux. « Quand j’étais petite, j’ai toujours été entourée d’animaux. On a eu des chiens, chats, chevaux. On peut avoir une relation avec un animal, qui est aussi forte qu’avec un être humain. Il n’y a pas besoin d’explications. Un animal ne parle pas, mais c’est une boule d’amour. A part vous faire sourire, il ne peut rien vous faire d’autre. C’est pour cela que je voudrais bien défendre cette cause, parce que pour moi c’est aussi important qu’un être humain. »

Ses études

Valeria Pavelin est étudiante en odontologie, pour être chirurgien dentiste. « Tout me plaît dans ce métier. Pendant mes cinq années de médecine, j’avais beaucoup aimé le service de traumatologie, la chirurgie, ce qui est manuel. » Elle se demandait comment lier l’envie d’aider les autres avec le côté manuel qui lui plaît dans la chirurgie, sans le côté « assez grossier de la chirurgie restauratrice ou traumatologique ». Elle cherchait quelque chose de plus minutieux, parce qu’elle fait du piano et elle peint. « Je suis assez habile de mes doigts. J’avais fait un stage chez un dentiste, et je me suis rendue compte que ça me plaisait énormément. » Depuis qu’elle apprend ce métier, tout lui plaît. « C’est de la chirurgie en microprécision. C’est ce qui me convient le mieux. »

Les anciennes miss sont inspirantes

Iris Mittenaere (Miss Univers 2016) était aussi étudiante en dentaire. On peut donc faire un rapprochement entre les deux miss. « Elle nous inspire toutes, donc bien évidemment qu’elle m’inspire. Justement, lorsque je pense à elle, je me dis que ça pourrait peut-être être moi. Si je pouvais avoir son parcours, que demander de mieux ? »

Marine Lorphelin, qui a continué ses études de médecine après son sacre, est un exemple pour elle. « Elle se sert de son titre pour véhiculer des informations importantes. » Valeria partage les valeurs et les causes que Miss France 2013 défend. Elle compte poursuivre ses études, même si elle est élue Miss France. La doyenne de la faculté est d’ailleurs la première personne qu’elle a contacté, lorsqu’elle a été couronnée Miss Côte d’Azur. « Je l’ai contactée directement, parce que mes études sont très importantes pour moi. Elle m’a dit qu’il n’y avait aucun problème pour les reprendre après. Cette aventure ne se vit qu’une fois, donc si j’ai l’incroyable chance d’être Miss France, je mettrai bien sûr mes études en suspens. Je la vivrai à fond, et je les reprendrai après. Je n’ai pas envie de faire les choses à moitié. »

Une affaire familiale

Sa sœur était déjà Miss Côte d’Azur en 2016, avant d’abandonner malheureusement pour des raisons personnelles. Cela l’a attristée, mais elle pense qu’elle avait « son bout de chemin à faire ». « Je me dis que dans la vie, tout est fait pour quelque chose. Si elle a arrêté, peut-être que c’était une bonne manière pour Jade, qui a pris la relève, de vivre une aventure extraordinaire aussi. Je pense qu’elle a été très heureuse d’y participer, donc je ne vois pas de point négatif. Chacune a fait ce qui était le mieux pour elle, donc c’est parfait. »

Maria lui a donné « le meilleur conseil », que tout le monde lui donne, rester soi même. « Etre naturelle, spontanée comme je le suis. Dans tous les cas, je ne peux qu’être authentique, parce que c’est vraiment un trait caractériel qui me définie. Elle m’a surtout conseillée de ne pas me prendre la tête, de vivre les choses à fond et d’être la plus simple et naturelle possible. »

Cette compétition lui a apporté l’amitié d’Eva Navarro, Miss Provence. Elles forment un beau duo. Grâce à l’une d’elles, une sudiste deviendra peut-être enfin Miss France. C’est tout ce que Nice Premium leur souhaite.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire