"Réseau Diplôme Emploi", le triptyque du nouveau projet de chance éducative pour les jeunes

"Ne pas être qualifié aujourd'hui, signifie rester sur le bord du chemin", a affirmé avec conviction Christian Estrosi lors de la présentation d'un nouveau projet en faveur des jeunes en décrochage scolaire.

Ce dispositif, au titre "Réseau, diplôme, emploi : 1 diplôme et 1 métier, c’est possible" est une réponse active et positive qui va au delà de l’assistanat tant décrié ou de l’indifférence, voir de la culpabilisation des jeunes qui, pour une raison ou une autre, n’y arrivent pas tous seuls et risquent de partir à la dérive.

C’est ce qu’on appelle les politiques actives qui conjuguent la remise en cause, l’orientation, l’engagement, l’accompagnement et la responsabilité de tous et de chacun autour d’un cercle vertueux et qui a comme objective, la réussite individuelle du jeune.

En clair, cet accompagnement personnalisé pourra durer jusqu’à 8 ans et consiste à sécuriser les parcours de jeunes depuis la fin du collège jusqu’à Bac+3, via un tutorat et une formation.

Ce partenariat réunit les jeunes sélectionnés (de 30 à 60 cette année de démarrage, 5 000 d’ici 2025) les associations qui ouvrent sur le terrain et qui agiront sous l’oeil vigilant du rectorat, les entreprises qui assureront un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage et le tutorat pour les accompagner et former au métier choisi.

À l’état actuel, celui de l’amorçage du projet, 26 institutions (Rectorat, UCA, CCI, Chambre des métiers et de l’artisanat, UOE06, IUMM06, Jeune chambre économique, la Mission Locale NCA, Campus Sud des Métiers, CFA NCA) ,entreprises (Vinci autoroutes, Peugeot, E. Leclerc, Carrefour, Mac Donald’s, Métro, Groupe Premium, Cluster Intelligence artificielle) et associations (CAP Emploi, Nice Ariane développement, Sos réussite scolaire, OGCN, AFEV) ont déclaré leur participation.

D’autres suivront suite au lancement d’un appel à projet lors du prochain Conseil municipal (27 mai).

"La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille", a dit le recteur Richard Laganier. "Cette initiative va dans la direction de l’égalité des chances".

Partager

Laisser un commentaire