TNN : L’architecte des Bâtiments de France a donné son accord pour sa démolition

Les initiatives des opposants à la démolition du TNN délibéré par la majorité du conseil Municipal de Nice, que ce soit la demande du député Eric Ciotti de son classement comme monument historique, la pétition de l'ancien élu socialiste Patrick Allemand, le contre-projet du groupe d'opposition communal EE-LV et de l'action du groupe RN vont finir en rien, après l'information* que l'architecte des bâtiments de France a confirmé la précédente autorisation du ministère de la Culture, le motivant comme un "processus de réparation salutaire". Un coup de k.o pour les opposants qui, s'étaient donné rendez-vous ce jeudi pour revenir publiquement sur ce dossier et relancer leur thèse.

« La démolition du TNN s’inscrit dans cette dynamique de redécouverte des racines architecturales, urbaines et paysagères qui font de Nice une ville de villégiature de Riviera, dans laquelle l’élégance des architectures et le raffinement du tracé urbain n’ont d’égal que l’exubérance des parcs et des jardins », écrit l’architecte des bâtiments de France .

Il explique que la "justesse" et la "pérennité" du bâtiment imaginé par Yves Bayard dépendent "de décisions et de choix qui lui sont irrémédiablement externes" c’est-à-dire "l’urbanisme" et "la planification urbaine dont les enjeux dépassent par leur échelle ceux portés par l’architecture".

Pour l’architecte des bâtiments de France, le TNN a été construit à une époque où régnaient les "mauvaises questions en matière d’urbanisme" et où "la recherche de la facilité l’emportait sur celle de la pérennité".

La destruction de ce bâtiment n’est donc que la suite logique d’autres démolitions réalisées dans la ville de Nice comme celle de la gare routière, la galerie commerciale... Ces dernières ont toutes débuté "un processus de réparation salutaire" et ont permis à Nice d’entrer au patrimoine mondial de l’Unesco.

*source Nice-Matin

Partager

Laisser un commentaire