Trois manifestants anti-pass jugés suite à des débordements

Lors des manifestations anti-pass sanitaire et anti vaccin contre le Covid-19 du samedi 23 octobre, à Nice, trois personnes ont été interpellées. Ils sont tous les trois passés devant le tribunal en comparution immédiate lundi.

Parmi les trois individus interpellés, deux l’ont été pour violences envers les gendarmes mobiles, le dernier pour avoir participé au blocage de la voie rapide.

Ivan, 28 ans, père de deux enfants, a été interpellé dans l’après-midi du samedi près de la gare Nice Ville car il aurait forcé le passage des militaires qui bloquaient l’accès à la voie Mathis. Il se défend en déclarant qu’il aurait voulu protéger des personnes vulnérables.

Florian, 31 ans, a lui aussi été interpellé pour violence envers les gendarmes mobiles mais aussi pour « apologie d’un crime de guerre ». Il aurait en effet été vu en train d’effectuer un salut nazi sur une photo. L’accusé se défend en affirmant « chanter la Marseillaise en levant la main ».

Gilles, 59 ans, écope de trois mois de prison avec sursis pour « entrave à la circulation des véhicules sur la voie publique », le parquet en avait requis quatre.

Ivan et Florian seront tous les deux jugés le 26 novembre, le premier sera placé sous contrôle judiciaire. Le second sera placé en détention afin d’éviter « tout risque de réitération ».

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire