Un retraité se prend pour Christian Grey, et se retrouve au tribunal pour viols

Le procès du septuagénaire niçois a commencé lundi à Montpellier. Trois femmes ont porté plainte pour viol par surprise. Il s'était fait passer pour un bel architecte d'intérieur travaillant à Monaco, afin d'attirer ses victimes sur un site de rencontres.

L’accusé s’est fait démasquer en 2014, lorsqu’une troisième victime a porté plainte. Il avait alors 67 ans. Son faux profil d’Anthony Laroche indiquait cependant qu’il avait 37 ans, grâce à la photo d’un mannequin Américain.

Déroulé de la manipulation

Deux plaignantes sont présentes au tribunal, et craignent la confrontation avec Jack Sion. L’une d’elles a cru au grand amour, lorsqu’ils discutaient régulièrement « pendant des heures », et qu’il lui disait qu’elle était « la femme de sa vie ». Elle s’est méfiée, mais il a su la rassurer.

Il lui a refusé un rendez-vous traditionnel, mais voulait une première rencontre « magique comme leur relation ». Lorsqu’il l’a invitée chez lui à Nice après trois mois de discussions, il a voulu reproduire le scénario de 50 Nuances de Grey. Elle est arrivée dans le noir, et il lui a demandé de se « déshabiller, de mettre le bandeau sur ses yeux, et de le rejoindre dans la chambre ». Elle ne pouvait entendre que le son de sa voix, sans le voir. Il lui a ensuite attaché les mains. La femme âgée de 33 ans à l’époque a compris qu’elle avait été dupée, en découvrant son ombre après leur relation sexuelle brutale, où elle avait interdiction de le toucher.

L’enquête

Pendant l’instruction, le retraité a affirmé que les rapports étaient consentis, et plaide actuellement « non coupable ». Il comparaît libre à l’audience.
Le suspect a recensé 350 noms de femmes (dont 150 des Alpes Maritimes), avec lesquelles il est entré en contact, dans un cahier que les policiers ont retrouvé chez lui. 200 dossiers numériques ont également été découverts, avec des noms de femmes et des photographies intimes.

L’ancien publicitaire a choisi d’être jugé par des magistrats professionnels de la Cour criminelle, une nouvelle juridiction de la Cour d’assises. La Cour de cassation a déjà retenu la qualification de « viol par surprise ».

L’homme avait déjà été entendu pour des faits similaires, et a été condamné pour fraude fiscale en 2003. Il s’est marié et a divorcé trois fois après des infidélités.

Profil psychologique

Le psychologue a retenu le profil d’un « faussaire, avec des traits narcissiques, un donjuanisme addictif, et une dimension séductrice compulsive ». Le psychiatre a quant à lui décrit « un comportement pervers notable ».

Illustration Flickr

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire