Une messe de suffrage pour les trois martyrs a été célébrée à la basilique Notre-Dame

Une foule d'environ 300 personnes s'est rassemblée devant le périmètre de sécurité de l'église Notre-Dame. "Des paroissiens locaux nommément conviés à cette célébration", a précisé le diocèse de Nice.

Des dizaines de policiers, CRS et militaires étaient positionnées aux abords de l’édifice religieux et dans tout le quartier pour assurer la sécurité durant la messe. L’hommage a duré un peu plus d’une heure et demi en présence de plusieurs évêques et représentant de différentes religions comme pour montrer une union sacrée dans cette nouvelle épreuve que traverse l’église catholique.

La messe était célébrée par Mgr André Marceau, évêque de Nice. Elle a été précédée d’un rite pénitentiel de réparation, afin de rendre au culte l’église profanée.

Mgr André Marceau, évêque de Nice explique ce qu’est une "messe de réparation" : "Le message de mort, la violence, la barbarie, ce qui nie l’homme, les relations humaines : cela offense Dieu. Le temps de prière sera un temps justement de réparation pour redire voilà la vocation de cet édifice. Et, en aspergeant les murs avec l’eau comme le baptême, c’est pour dire que sa vocation que c’est d’être témoin d’un Dieu qui vient à la rencontre des hommes."

"Il faut pouvoir donner le signal à d’autres que nous restons debout ! Notre liberté d’expression c’est justement notre liberté d’ouvrir nos églises où nous proclamons que notre foi est un message d’amour", a insisté l’évêque de Nice, Mgr André Marceau dans une interview samedi à Nice-Matin.

Tout en appelant les musulmans à "prendre des mesures" contre l’extrémisme, il a affirmé ne pas "être Charlie", en référence à l’hebdomadaire satirique qui avait publié les caricatures de Mahomet. D’autres évêques en France se sont interrogés sur l’usage de ces dessins et les limites de la liberté d’expression.

À l’extérieur de l’impressionnant périmètre de sécurité, des centaines de pratiquants ont entonné pendant une dizaine de minutes différents chants religieux.

Partager

Laisser un commentaire