Une seconde vie pour la Gare du Sud

Après 18 mois de travaux, la halle gourmande de la Gare du Sud a été inaugurée ce vendredi par le Maire de Nice Christian Estrosi.

Comme son nom l’indique, la Halle Gourmande est un projet qui gravite autour des saveurs de la cuisine du sud. À l’intérieur, vous pourrez découvrir 25 comptoirs qui proposent une restauration de qualité et des produits de la région. Quelques enseignes sont plutôt tournées vers le « concept store » avec des accessoires vintages. Afin de faire vivre le quartier et de valoriser les activités de la ville, des manifestations culturelles et ludiques seront également organisées.

Un site historique

Le site de la Gare du Sud est pourvu d’une surface de 2 hectares au centre-nord de Nice. L’édifice a été construit entre 1891 et 1892, concrétisant une idée datant de 1880. Il s’agissait, alors, de compléter le réseau de chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée avec une ligne régionale qui se divisait en deux destinations : une vers Grasse et l’autre vers Digne, Grenoble et Genève. On doit la réalisation du bâtiment à Prosper Bobin, le concepteur de la Gare du Nord à Paris. Il est composé d’un « bâtiment des voyageurs » et d’une « Halle des trains ». En décembre 1991, à quelques jours de son centenaire, la Gare du Sud cesse son activité. Depuis, elle avait été menacée de destruction puis sauvée grâce à l’intervention de Christian Estrosi, à l’époque député des Alpes-Maritimes, auprès du Ministre de la Culture Jacques Toubon.

Un long chemin vers la réhabilitation

C’est à partir de 2010 que la Gare du Sud commence à devenir le centre de l’attention pour l’insérer dans un projet de renouvellement urbain. L’ancien bâtiment des voyageurs est transformé en une bibliothèque qui ouvre ses portes en 2014 sous le nom de Raoul Mille. En 2016, un appel à projet est lancé par le conseil municipal autour du projet d’une Halle Gourmande, et, en 2017, c’est celui du promoteur Bannimo (Urban Renaissance) qui est retenu.

Des travaux sont entamés afin de remonter la charpente metallique de type Eiffel, avec le défi de conserver au maximum les matériaux d’origine. Toute la prouesse technique tient dans le fait de rendre un ouvrage du 19e siècle conforme aux règlementations en vigueur (notamment les normes sismiques). Les travaux ont duré six mois.

Un projet autour des « saveurs » du sud

La complémentarité des trois axes de cette seconde vie (halle gourmande, produits régionaux et animation culturelle) devrait permettre d’assurer une activité économique et de l’attractivité pour tout le quartier. Le cahier des charges de ces saveurs se veut d’ailleurs très strict :
- Traçabilité des produits (filière courte, producteurs de l’arrière-pays)
- Exigence culinaire (sélection des chefs)
- Démocratie des prix (restauration à partir de 10 euros)

Voici quelques images de cette nouvelle Halle Gourmande :



Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message