Mois sans tabac : prolongeons le défi

G-ADDICTION Jeunesse citoyenne, c’est la jeunesse qui prend ses responsabilités, qui a des choses à dire.... et le tabac pèse lourdement sur la santé des Français. Outre les maladies chroniques, cardiaques et pulmonaires, il est la première cause de mortalité évitable. Il est responsable dans notre pays de près d’un décès sur huit.

La tentative d’arrêt est jonchée d’épreuves mais aussi de victoires. Participer au Mois sans tabac, arrêter de fumer pendant un mois permet d’augmenter ses chances de succès, de multiplier par 5 celles d’arrêter définitivement. Meilleur pour la santé et moins d’argent gaspillé ! Un challenge à relever ou à poursuivre au delà du mois de novembre.

Quel que soit le nombre de cigarettes fumées chaque jour et la période de tabagisme, l’arrêt du tabac est suivi de bénéfices immédiats pour l’ex-fumeur. Déjà 20 minutes après avoir écrasé sa dernière cigarette, la pression sanguine et le rythme cardiaque reviennent à la normale.

Après 8 heures, la quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié et permet aux cellules de retrouver une oxygénation normale. Un jour après la dernière cigarette, le corps ne contient plus de nicotine. Deux jours de plus, et respirer devient plus facile. Et deux semaines après l’arrêt, le risque d’infarctus commence à diminuer. Pour que tous les bénéfices soient au rendez-vous, il faudra encore maintenir les efforts : au bout de 3 mois, la toux et la fatigue régressent, le souffle revient, etc.

Quantib Mattob, directeur de G-ADDICTION : "Nous continuerons à lutter, à notre humble niveau, contre une industrie du tabac qui a déclaré la guerre à la santé publique, qui a emporté certains de nos proches, qui rend nos jeunes accros et qui prospère sur des substances ultra-nocives. En France, les lobbies sont puissants, mais la détermination, la fougue et la capacité de mobilisation de la jeunesse sont encore bien plus forts. »

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message