Municipales à Nice : Christian Estrosi... tout naturellement

Le résultat ne pouvait que confirmer les prévisions tant l'écart entre le maire sortant et candidat à sa réélection, Christian Estrosi et les deux challengers restés dans la course après le premier tour était grand en terme de score numérique et de profil des personnages. Sans faire preuve de favoritisme, comment imaginer de confier les clés de la maire de la 5è ville de France - et par ricochet de la Métropole - à un jeune de talent mais encore loin d'avoir le poids politique nécessaire comme Philippe Vardon (et ce au delà de ses positions extrêmes) et à un personnage énigmatique qui s'exprime comme un adepte de scientology tel Jean-Marc Governatori ? Vrai, la politique à Nice ne se fait pas dans les cercles intellectuels, elle est plutôt une question de rapports claniques et d'activité de terrain, mais la dimension et la complexité qui va avec, demande que la barre soit tenue par quelqu'un d'expérimenté et qui connait à fond les dossier et les problèmes qui vont avec. Les simples slogans sont beaux à écouter mais ils ne font pas avancer. Le succès de Christian Estrosi s'inscrit dans cette lignée : un bilan globalement positif des deux premiers mandats, la capacité d'avoir une vision pour le prochain avec un programme ambitieux et une capacité d'animation et d'action sur le terrain qui lui faut reconnaître. Après cette victoire, il lui faudra composer à la mairie de Nice (et tout de suite après à la Métropole), une équipe "gagnante". On verra à qui et comment seront distribuées les délégations et si les compétences prendront le pas sur les petits intérêts et les copinages. Des nouveaux élus pourront apporter leurs compétences, ce qui promet une nouvelle phase intéressante. Les candidats battus (qui se partageront la poignée de sièges réservée à l'opposition) auront la faculté de critiquer la politique et l'action de la majorité. Nul doute que s'en priveront pas et dans ce rapport dialectique il y a toute la richesse de la démocratie participative, celle des élus du peuple et non pas des groupuscules qui défient trop souvent dans les rues avec des banderoles qui les autoproclament : la voix du peuple.

Pour commencer, comment ne pas souligner que le candidat vainqueur en terme numérique porte l’étiquette "abstentionnisme" : 72,25% !!!

Un chiffre tellement énorme demande réflexion : cet abstentionnisme-monstre est du seulement à l’effet Covid ou on doit imaginer un tel désamour des citoyens pour le système politique de renoncer à l’acte roi de la vie démocratique : le droit/devoir de voter.

Et pour aller à fond du problème, combien des jeunes de moins de 25 ans se sont rendus aux urnes ce dimanche ?

Revenant aux règles électorales "classiques" , la liste Estrosi 2020 (à noter tout manque de référence à Les Républicains... le patron local du parti, l’orthodoxe Eric Ciotti appréciera !) a remporté l’élection avec 59,3 de voix exprimés. Elle aura 56 sièges au Conseil Municipal ( 52 au Conseil Métropolitain).

Les deux listes concurrentes ont reçu respectivement, Philippe Vardon (RN) 21,3% des suffrages et 7 élus ; 19,3% des suffrages Jean-Luc Governatori ( Ecologistes) et 6 élus.

Après la connaissance des résultats, Christian Estrosi s’est adressé à ses fans (quelqu’un leur avait dit que le gestes barrière et les mesures de distanciation sociale n’ont pas été abolies pour l’occasion ? vu l’assemblement et l’absence du port du masque quasi généralisé...) devant l’hôtel de ville.

L’occasion pour revenir sur le passé récent : [Rassembler aura été mon maitre mot tout au long de ces années, face à toutes les adversités. [...] Rassembler au cours de ces 3 dernières années face à toutes les tentatives de division, en ne répondant jamais à quelques provocations que ce soit, considérant que ne pas insulter l’avenir conduit toujours à des réconciliations au service du seul intérêt général.[...] Rassembler les niçoises et les niçois de toutes conditions, face à la crise sanitaire que nous avons traversé et dont nous ne connaissons pas l’issue, et surtout surmonter la crise économique et sociale qui s’annonce.]

L’occasion aussi pour regarder au futur proche et donner le tempo à l’action : "Dès cette semaine, avec notre majorité, nous serons à la tache pour mettre en œuvre le projet qu’ont validé ce soir si largement les Niçois."

Et de rappeler quelques points de son programme : "Si les réalisations que sont la coulée verte et les nombreux espaces verts à l’image du parc du Ray, ainsi que les lignes 2 et 3 du tramway, resteront les plus marquantes, nous allons poursuivre la conquête de la cité par 70 hectares de végétalisation supplémentaire et la mise en œuvre d’une mobilité où chacun à égalité, piétons, automobilistes, usagers des transports, cyclistes, trouveront réponses à leurs attentes.
Nous poursuivons notre politique de baisse de la fiscalité et d’aide au pouvoir d’achat pour les plus fragiles.
L’hôtel de police St Roch accompagnera une action toujours plus déterminée en matière de lutte contre toute forme d’insécurité. Je tiens à dire tout mon soutien à la police et à la gendarmerie."

Si Christian Estrosi a abandonné toute velléité nationale ( ndlr : même pour une offre de strapontin ministériel à la quelle il est impossible dire non ?) il n’a pas pour autant renoncé à la politique des grands thèmes stratégiques nationaux : "L’homme de droite et le gaulliste social que je suis entend porter la voie des territoires. Depuis Nice et peser de toutes mes forces dans la grande loi de décentralisation dont je me réjouis que le Président de la République l’ait annoncé comme imminente."

Et dans une soirée spéciale comme celle-ci, comment ne pas piocher dans le sentimentalisme ? : " Je dis bien depuis Nice car plus que jamais vous êtes Niçoises et Niçois ma priorité et ma boussole ".

Réaction de Philippe Vardon (RN) : "Avec 7 élus nous nous affirmons comme la principale force d’opposition au système Estrosi. Au Conseil municipal et au Conseil métropolitain nous porterons une voix forte pour vous défendre !"

Réaction de Jean-Marc Governatori : "Merci à tous ceux qui ont porté haut les couleurs de l’écologie pour les #Municipales2020 : à travers la France, la nécessité de politiques vertes & sociales est évidente. Ensemble, humblement, nous porterons cette responsabilité avec détermination : il en va de notre avenir."

Crédit photo : twitter Christian Estrosi

Partager

Laisser un commentaire