Benoit Kandel à Philippe Vardon : "je t’aime , moi non plus"

La perspective (possible ? probable ?) de l’arrivée de ce dernier dans les rangs du parti d’Eric Zemmour, a fait que Benoit Kandel a pris la porte de la direction départementale en opposition à cette décision qui, pour le moment, n’est pas confirmée.

Quant aux faits, on sait que Philippe Vardon est un proche de Nicolas Bay (c’est celui-ci qui avait parrainé son entrée au FN), récemment passé du RN à Reconquête.

On sait, que l’ancien identitaire, conseiller municipal, métropolitain et régional, et ancien candidat aux législatives de 2017, de fait l’homme fort du RN à Nice n’a plus la même côte au sein de la direction nationale du parti où il a été remplacé par Alexandra Masson, tête de liste départementale aux dernières élections régionales. Les rapports entre les deux ne sont au mieux comme l’a confirmé le même Philippe Vardon dans un récent interview.

De là à imaginer que Philippe Vardon retrouve son compère Bay chez Zemmour il n’y aurait qu’un pas qui n’a pas été formalisé par l’intéressé. D’autant plus que le programme de l’ancien politiste centré sur la lutte contre l’immigration des populations d’origine arabe et musulmane colle parfaitement au parcours politique et aux idées "identitaires" professées par l’homme politique niçois.

Bien évidemment Benoit Kandel doit en savoir plus s’il a pris les devants de manière officielle.

En attendant la suite des événements , reste à se poser la question de l’éventuel point de chute politique de Benoit Kandel qui, depuis son entrée en politique, n’a pas cessé d’ évoluer : après la droite républicaine au temps de ses responsabilités à la mairie de Nice, il a été élu sur une liste civique en 2014, avant de passer sus la bannière de DLF aux municipales en 2020 mais, cette-fois-ci, sans fortune. Pour le régionales en 2021, il avait abandonné suite à des conflits internes.

Un temps d’abandon de la vie politique et le voilà replongé dans la course électorale pour la présidentielle avec une probable prospective aux législatives suivantes. Puis ce stop. Il faut dire que ces tours de valse commencent à être trop nombreux pour ne pas faire planer des doutes.

Donc, on attend la suite.

Photo : France 3

Partager

Laisser un commentaire