Christian Estrosi se rallie à Horizons, le parti d’Edouard Philippe

Ce mercredi 1er décembre le maire de Nice a annoncé qu’il rejoignait le parti de l’ancien premier ministre, Edouard Philippe.

Alors qu’avait lieu aujourd’hui le premier jour de vote des militants républicains pour choisir leur candidat à la présidentielle, Christian Estrosi - ancien membre des Républicains - a annoncé son ralliement à Horizons, le parti d’Edouard Philippe.

« En rejoignant aujourd’hui Edouard Philippe au sein d’Horizons, je m’inscris au sein de la seule organisation politique qui peut aujourd’hui légitimement revendiquer l’héritage du RPR et de l’UMP » a déclaré le maire de Nice lors de la grande réunion publique donnée ce mercredi matin au palais de la Méditerranée.

Il en a profité pour réitérer les raisons de son départ du parti Les Républicains en mai dernier, critiquant le parti et ses « dérives », se demandant même pourquoi Eric Zemmour n’avait pas « participé à cette primaire tant les similitudes entre les discours sont fortes ». Il a poursuivi en ajoutant que « désormais plus rien ne les distingue. Ils ont les mêmes mots, les mêmes idées ».

Il a par ailleurs expliqué que son ralliement au parti de l’ancien premier ministre et actuel maire du Havre est dû à leur « partage des mêmes valeurs ».

Soutien à Macron

« Par cohérence et fidélité » Christian Estrosi a ensuite annoncé que son parti d’élus locaux “La France audacieuse” s’inscrirait dans la maison commune Ensemble Citoyens. Née le lundi 29 novembre, elle réunit les soutiens d’Emmanuel Macron à la présidentielle 2022.

Edouard Philippe qui s’est d’abord dit « réjoui » du ralliement d’Estrosi à son parti, a poursuivi en adressant lui aussi son soutien à Emmanuel Macron à la présidentielle 2022. « Parmi tous ceux qui prétendent à l’élection, le président de la République est aujourd’hui celui qui paraît avoir le meilleur mélange, le meilleur alliage entre l’intuition, l’audace, l’intelligence des situations et la force de caractère ».

Il en a profité pour parler de son parti, qu’il affirme avoir créé parce qu’il « croit en l’action politique », avant d’ajouter avec ironie que « la France manque de beaucoup de choses mais elle ne risque pas la pénurie de formation politique ».

Photo : Frederic DIDES

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire