Départementales : en attendant le deuxième tour pour un..."bis repetita" de Charles-Ange Ginésy

Les résultats définitifs du premier tour connus, la prévision pour le deuxième tour qui intéressera 25 des 27 cantons (deux ont déjà élu Eric Ciotti et David Lisnard et leur colistières) présente une situation figée : sauf les deux enclaves de gauche qui expriment la socialiste Marie-Louise Gourdon à Mouans-Sartoux et le communiste Francis Tujague à Contes, on assistera à des duels entre les candidats de l'Union de droite (LR+UDI) et ceux du Rassemblement National.

À l’exception de deux cantons (Cagnes 1 et Menton) où la situation est incertaine , les candidats de la formation de droite devancent ceux de la liste d’extrême droite et sont naturellement les favoris à l’élection au deuxième tour. Dans les neuf cantons de Nice, pas un seul ne voit les listes UD en tête.

En thermes sportifs, le match est joué. Il ne reste qu’a attendre les résultats de dimanche prochain pour voir si le RN réussira à mettre pied à l’hôtel du département.

Le Conseil Départemental restera donc une "citadelle " de la droite comme c’est actuellement le cas où elle peut compter sur une très large majorité, 50 conseillers sur 54.

Le Président sortant Charles-Ange Ginésy sera reconduit, avec à ses côtés Eric Ciotti, éphémère président de la Commission des Finances alias "le patron", puis quelques barons qui marquent le point et portent les intérêts de leurs territoires et enfin les fantassins de la troupe, alignés et aux ordres.

Quelque dissidence pourront venir du groupe minoritaire des élus métropolitains reconductibles à Christian Estrosi. Mais, comme pour le passé, les deux groupes préféreront une "paix armée" à une "guerre déclarée" qui n’aurait aucun avantage ni pour les uns ni pour les autres.

Les oppositions auront droit à ce qu’on appelle techniquement le "droit de tribune", c’est à dire le droit de parler en sachant qu’ils ne seront pas écoutés. Ils négocieront quelques petits avantages et puis... c’est tout.

Doit-on rappeler que la démocratie représentative c’est la loi du nombre ?

Photo : Twitter Charles-Ange Ginésy

Partager

Laisser un commentaire