La pandémie a provoqué un pic de surmortalité en Europe

Plus de 450 000 décès surnuméraires* ont été enregistrés dans l'Union européenne entre mars et novembre 2020 par rapport à la moyenne des années 2016 à 2019 sur la même période, selon de nouvelles données publiées par Eurostat.

Le nombre de décès dans les pays de l’UE a commencé à augmenter au printemps 2020, lors de la première vague de la pandémie de Covid-19. Le pic de surmortalité dans les États membres de l’UE a été atteint en novembre 2020, lorsqu’une deuxième vague de coronavirus, plus meurtrière, a frappé de nombreux pays.

Dans l’ensemble, cette surmortalité dans l’UE était de 8 % supérieure à la moyenne en septembre, de 17 % en octobre et de 40 % en novembre, bien qu’elle ait diminué entre mai et juillet, les pays ayant réussi à contenir la propagation de la Covid-19. Mais dans certaines régions d’Europe, les données d’Eurostat montrent que le nombre de décès était beaucoup plus élevé que la mortalité moyenne des années précédentes.

Bien que les données ne permettent pas d’isoler la cause des décès, la surmortalité est largement due à la pandémie de Covid-19. Elle a tué plus de 495 000 personnes dans les pays de l’UE et de l’Espace économique européen (à la mi-février 2021), selon le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies.

*La notion de surmortalité correspond au nombre de décès supplémentaires "par rapport à ce que l’on appelle une ’base de référence’, c’est-à-dire le nombre moyen de décès pour un mois donné au cours des quatre années allant de 2016 à 2019", selon l’agence européenne des statistiques.

source : Eurostat

Partager

Laisser un commentaire