Laurent LANQUAR-CASTIEL plaide pour des investissements européens résilients : « Du Pays de Lorient à l’Orient du pays : Oui au Train de Nuit, Non à la Pollution. »

Alors que l’Union Européenne vient d’entériner un plan de relance de 500 Milliards, le Gouvernement a annoncé que les premiers bénéficiaires seraient les lobbies aériens et automobiles français.

Laurent LANQUAR-CASTIEL analyse la situation : « Aucune leçon ne semble avoir été tirée de la crise actuelle : l’action gouvernementale de ‘résilience’ ne restera donc qu’une opération de communication, vues les orientations annoncées pour sauver le vieux monde. Voici la limite de l’écoblanchiment électoral : si tout·es les candidat·es aux municipales ont promu la réduction de la place de la voiture et une sobriété du trafic aérien, c’est l’inverse qui sera fait en priorité, et avec la bénédiction de nos édiles locaux. Fumée noire assurée : Habemus carbo ! »

L’écologiste s’exaspère : « Pourtant nous connaissons les alternatives et commet les mettre en oeuvre. Pour changer de paradigme, il faut investir dans le changement et offrir à chacun·e les alternatives aux solutions hypercarbonées : sur le territoire national et européen, la première alternative à l’avion est le train, et notamment le train de nuit. » Lors des municipales, le collectif ‘OUI au Train de Nuit’ avait demandé aux candidat·es de s’engager de développer le train de nuit, comme le montre la carte ci-jointe des engagements.

A Menton, Laurent LANQUAR-CASTIEL, porte-voix du collectif « Menton Autrement » s’y était alors engagé : « l’Allemagne le fait. Pourquoi pas nous ? Notre projet prévoit, en partenariat avec les Régions, de recréer une ligne transversale ‘‘du Pays de Lorient à l’Orient du Pays’’ (de Brest à Menton -tous signataires-). Cette diagonale de l’Héxagone existait pourtant : je me souviens avoir fait régulièrement Nice-Nantes quand j’étais gamin… Pour rentabiliser cet investissement, il faut développer des services variés3 : des tarifs économiques accessibles à tous, des compartiments ‘famille’, des rames à haut niveau de service pour des voyages de luxe… L’Orient Express fait rêver : Faisons de ce rêve une réalité ! »

Pour compléter l’offre, l’écologiste poursuit : « Nous proposons également un groupement européen de coopération transfrontalière (GECT) pour développer la ligne Nice-Vintimille-Tende-Cuneo-Turin, qui pourrait continuer, d’un coté, vers Milan et l’Europe centrale et orientale (Autriche/Slovénie), de l’autre vers Lyon et Paris, qui serait plus rapide et soulagerait l’axe PLM surchargé. L’enjeu est multiple : il permet de pérenniser la ligne des Merveilles et de développer une coopération européenne durable et décarbonée.

Les investissements de l’Europe sont destinés à créer de tels projets économiques européens, n’est-ce pas ? »

Laurent LANQUAR-CASTIEL
Co-Secrétaire départemental des écologistes
Délégué du Groupe EELV ‘‘06 Est Écolo’’

Partager

Laisser un commentaire