Le "dream team" de Les Républicains pour les sénatoriales est déjà en piste

Le résultat des municipales est encore "chaud" mais le rythme de la politique ne connait pas de pause. Dans deux mois - congés d'été compris - se sera le tour des élections sénatoriales et le Département des Alpes-Maritimes devra élire ses cinq représentants au Palais du Luxembourg, siège de cette assemblée. A voter ne seront pas les citoyens mais les soi-disant "grands électeurs" , soit 2000 personnes choisies parmi les conseillers municipaux et autres délégués. Pour la mandature qui prendra fin, les place étaient distribuées entre Les Républicains (4) et le Parti Socialiste (1) . Au vu des résultats des municipales, les représentants de la droite républicaine sont pratiquement assurés de faire l'en plein. Seul quelques manœuvres tordues ou quelques glissades à la dernière minute pourraient changer la donne mais franchement on n'imagine pas pourquoi et comment cela pourrait se produire (il est plutôt facile de contrôler 2000 votants et intercepter à l'avance des petits complots).

Il y aura tout de même quelques changements : deux des 4 sortants laisseront la place à des nouveaux candidats suivant une répartition qui reflète la subdivision du département en baronnies, chacune exprimant ses propres candidats.

La sortante (et estimée) Dominique Estrosi-Sassone sera la tête de liste. ( Très heureuse et fière de la confiance qui m’est témoignée pour conduire la liste
lesRepublicains aux élections sénatoriales dans les Alpes-Maritimes. Une liste de rassemblement et d’unité faite d’expérience, d’ancrages locaux et de renouvellement.
)

L’ancien maire de Mandelieu Henri Leroy est confirmé alors que Philippe Tabarot, actuel vice-président délégué aux Transports et à la Sécurité du conseil régional et frère de la députée Michelle Tabarot, ancienne maire du Cannet, fera figure de nouvelle entrée.

Et encore, Alexandra Borchio-Fontimp, conseillère départementale et municipale d’Antibes, et Patricia Demas, maire de Gilette depuis 2014, compléteront la liste.

Les sortants (septuagénaires) Colette Giudicelli, femme du maire de Menton Jean-Claude Guibal, et Jean-Pierre Lelleux , ancien maire de Grasse, décrocheront et prendront leur congé de la politique active.

Pour résumer, deux candidates sont issues de la Métropole niçoise, deux candidats du bassin cannois, un de celui antibois. L’équilibre sub-territorial est respecté, tout le monde peut se dire satisfait.

Prime à la fidélité, clientélisme, copinage... que dites-vous ? On ne dit pas que la politique est un métier... et quelques compétences (parfois).

Partager

Laisser un commentaire