Le RN fait front contre la taxe Nice-Corse

Le Rassemblement National a organisé une conférence de presse, avec des élus niçois et corses, pour faire part de leur avis concernant la nouvelle taxe de Christian Estrosi sur les ferries corses.

En effet, le maire de Nice a annoncé il y a quelques temps vouloir instaurer une taxe de 60 eurosque chaque automobiliste devra payer en embarquant sur un ferry reliant Nice à la l’île de beauté.

Le RN a vivement condamné cette décision lors d’une conférence de presse ce mercredi 6 octobre. En présence de deux élus corses, François Filoni l’ancien adjoint au maire d’Ajaccio et délégué RN pour la Corse, et Nathaly Antona membre du bureau régional du RN en Corse, le conseiller régional, municipal et métropolitain de Nice, Philippe Vardon, a mené la discussion accompagné de Geneviève Pozzo di Borgo, conseillère municipale et métropolitaine de Nice.

Ils ont fait appel à David Lisnard, président du comité de tourisme de la côte d’azur, pour demander son intervention et la réalisation d’une étude sur l’impact économique, social et environnemental réel de cette taxe.

Cause et conséquences

Le maire de Nice est accusé de vendre cette mesure comme une mesure écologique, alors qu’il s’agirait en réalité d’un « coup de communication et de clientélisme. »

En conséquence, les personnes souhaitant se rendre sur l’île, depuis Nice ou sur le continent depuis la corse, n’auront d’autres choix que de devoir prendre l’avion ou conduire jusqu’à Toulon, Marseille, ou Savone pour pouvoir voyager avec leur véhicule.

« Rupture avec la Nice populaire »

M. Vardon rappelle que Nice n’est pas une principauté, et qu’il n’y a pas de « seigneurs locaux ». Il accuse le président de la métropole de disposer de trois chauffeurs, et de ne pas voir le problème qui se pose « dans sa bulle ».

François Filoni juge cette décision d’« affligeante, discriminante et inacceptable ». Beaucoup de familles corses sont mixtes et prennent le ferry. « Il faut garder une continuité et l’égalité des usagers qui sont 500 000. » Il appelle au bon sens des élus.

Les élus ont expliqué que l’identité et la culture corses doivent être respectées. « Les valeurs républicaines ont besoin d’être défendues. » M. Estrosi « culpabilise les niçois, alors que la pollution est due aux cargos et à la mondialisation, qui est un choix politique » d’après le conseiller régional du RN. Celui-ci ajoute que le maire s’en prend aux familles, et aux personnes modestes.

Ajaccio est liée depuis longtemps à notre ville par son histoire. Les élus RN ne souhaitent pas la rupture des liens séculaires et historiques.

Une nécessité pour les corses

Le monde médical est touché. Certains corses ont besoin de traverser la Méditerranée pour raisons médicales, à cause du manque de spécialités et thérapies.

De plus, les étudiants seront eux aussi pénalisés, alors qu’ils sont déjà en grande difficulté. Nathaly Antona témoigne que de nombreux corses étudient à Nice.

Philipe Vardon nous apprend que si cette taxe entre en vigueur, la Corsica Ferries ne tiendra pas le choc, pour cause économique. La fin de la liaison en bateau serait donc l’objectif.

Solutions alternatives

Les conseillers municipaux RN proposent l’exonération complète pour les résidents niçois et corses, et nous ont exposé des solutions pour réduire la pollution à Nice.

Afin de réduire la pollution du port, il serait ainsi possible de délester les voitures, de moduler l’heure d’arrivée des bateaux, ou de trouver des solutions structurelles.

Dans le but de contrer le président de la métropole, une mobilisation citoyenne et politique est prévue sur l’île, ainsi qu’un travail commun avec des associations. Des panneaux d’affichage communiqueront sur le sujet.

Le délégué corse demande des bateaux fiables, non polluants et à prix abordable. Des solutions alternatives pourraient être trouvées, en réalisant une étude sur le flux d’embarquement et de débarquement. Il adresse un message de solidarité face à cette économie « punitive et injuste ».

Pour conclure, « maintenir la liaison et le lien avec la Corse passe par le maintien des bateaux ».

Partager

Laisser un commentaire