Le vote du collège électoral confirme la victoire de Biden à la présidence des Etats-Unis

Le président élu Joe Biden a reçu suffisamment de votes électoraux pour décrocher officiellement la présidence.

Le vote d’aujourd’hui au collège électoral est une étape procédurale qui passe généralement inaperçue. Mais cela a pris une importance démesurée cette année alors que le président Trump continue d’attaquer les résultats des élections.

Pratique banale, presque bureaucratique, en d’autres temps. Mais pas à l’époque où Trump inventait tout pour bloquer cette machine huilée. Face à ses accusations - rejetées par les républicains eux-mêmes dans les gouvernements locaux, rejetées par divers tribunaux - le passage d’hier était devenu un autre test pour les États-Unis.

Le vote fait suite à six semaines d’efforts sans précédent du président Trump pour intervenir dans le processus électoral et modifier le résultat d’une élection qu’il a perdue.

"La démocratie a gagné, tournons la page. Dans cette bataille pour l’âme de l’Amérique, la démocratie a prévalu : le peuple a voté, la foi en nos institutions tenue... le moment est venu de tourner la page, de s’unir, de guérir."
Joe Biden a donc officiellement salué son élection à la présidence des États-Unis, qui hier a été certifié par le Collège électoral.

Pourtant, la journée la plus longue pour la démocratie américaine avait mal commencé : avec la fermeture pour « menaces crédibles » du Parlement du Michigan, où les délégués étaient réunis pour compter les votes. À trois heures de l’après-midi, l’alarme avait cessé et la fumée blanche virtuelle sortait du bâtiment. A cette époque, les autres Etats « contestés », où Donald Trump avait exploré toutes les voies légales pour annuler la victoire de Biden, avaient également fait leur devoir. Arizona et Géorgie, Pennsylvanie et Wisconsin. Et puis progressivement jusqu’à la côte ouest.

Malgré la haute tension, les rumeurs de violences possibles, le rite final de cette élection anormale s’est terminé sans drame. Le 14 décembre était légalement le jour où le Collège électoral devait officiellement certifier la victoire de Biden, puis la communiquer au Congrès fédéral à Washington le 4 janvier.

Le Collège électoral est une institution très américaine, mais que les Américains eux-mêmes ont du mal à comprendre ou à accepter. Il découle de ce principe inscrit dans la Constitution : ce ne sont pas les électeurs mais les États américains qui élisent le président ; même si dans la grande majorité des cas les Etats ne font que prendre acte de la volonté des électeurs, et désigner des « grands électeurs » qui reflètent les résultats des sondages.

Le Collège électoral est né d’un compromis entre les pères fondateurs de la Constitution, qui en 1788 étaient partagés entre ceux qui voulaient une élection présidentielle directe au suffrage universel et ceux qui voulaient un président élu par le Congrès (comme en Italie). La loi dit qu’hier, dans chacun des 50 États, ces super-délégués se sont réunis pour communiquer le résultat des territoires à Washington.

Partager

Laisser un commentaire