Législatives : coup de canif au sein de la majorité présidentielle, deux candidats pour une seule place ?

Les tensions et les émotions de l'élection présidentielle retombées, c'est l'élection législative du mois de juin qui est entrée dans les radars de la politique : partis et candidats sortants et potentiels fourbissent leurs armes.

Si pour le moment au sein de la majorité présidentielle, on feint l’unité, chaque composante se positionne pour avoir plus de candidats et surtout les meilleures places, celles supposément éligibles.

Dans cette attente, au nom du principe que "l’attaque est la meilleure défense", l’Estrosiste Philippe Pradal, ( responsable d’Horizons dans les Alpes-Maritimes) , a porté le premier coup et a officialisé sa candidature dans la troisième circonscription des Alpes-Maritimes* dans le cadre de la "Majorité présidentielle". Sa suppléante sera Jennifer Salles-Barbosa, fille de l’ancien député Rudy Salles.

Le problème est que le député sortant Cédric Roussel (LREM) entend lui aussi se porter candidat. Sa réaction est un coup de canif à la belle harmonie :

Je dénie à M. Pradal la possibilité de se targuer d’appartenir à cette majorité qu’il divise et de se prévaloir d’un quelconque soutien.

Il ajoute, ciblant également Jennifer Salles-Barbosa :

l’esprit revanchard qui anime cette candidature clanique sent le népotisme d’un vieux système avec la candidature suppléante de la fille du candidat battu en 2017 après 29 ans de mandature.

Les tractions dans les semaines à venir pour déterminer qui de l’un ou de l’autre représentera la majorité présidentielle en juin prochain. Pour mémoire, aux élections municipales de 2020, Cédric Roussel avait déjà dû renoncer à sa candidature face à Christian Estrosi, sacrifié sur l’autel de l’alliance entre le Maire de Nice et le président de la République.

Tout laisse croire que ce sera ainsi cette fois-ci encore : peut-on imaginer que Philippe Pradal se porte candidat sans l’aval de Christian Estrosi ? Et que celui-ci n’est pas obtenu du président sortant-candidat à sa succession la délégation de choisir les candidats dans les circonscriptions de sa ville ?

Un troisième larron suit la situation avec intérêt, Philippe Vardon, candidat battu par Cédric Roussel en 2017, qui devrait être choisi par le Rassemblement National dans cette même troisième circonscription.

*Cette troisième circonscription englobe Nice nord et la vallée des paillons.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire