Les Républicains face à l’avenir : David Lisnard incarnera l’avenir de la droite ?

Le slogan pour les législatives reste le même, celui d’avant la présidentielle : les Républicains ne sont solubles « ni dans le lepénisme ni dans le macronisme ».

"Je réunirai le 7 mai prochain un conseil national élargi à nos amis centristes avec tous nos candidats. Ce sera le lancement officiel de notre campagne des législatives" a affirmé Christian Jacob, président du parti duite à une réunion des instances dirigeantes.

Des élections législatives qui se voudraient une revanche après la catastrophe de la candidate LR à la présidentielle, mais qui pourraient également tourner au cauchemar pour le parti au cas d’un nouveau revers.

Et dans ce cas, quid de l’avenir ? Par ailleurs, un certain nombre de députés sortants considèrent déjà l’option de rejoindre la future (?) majorité présidentielle de manière à sécuriser leur mandat.

En fait, après la faillite de la ligne " à droite toute" pro- zemmouriste d’Eric Ciotti, le parti en cherche une autre mais laquelle ? D’accord l’autonomie proclamée par Christian Jacob mais la démocratie c’est aussi la lois du "nombre" comme le disait à son temps le philosophe et mathématicien grec Phytagore. Et d’une défaite à l’autre...

Et puis, beaucoup se posent la question, ce sera encore Christian Jacob a tenir la barre ?

L’histoire nous apprend que sur les décombre du vieux, on construit le nouveau ...et bien, en voilà un qui a fait une campagne présidentielle très discrète, se tenant à l’écart des polémiques acerbées, qui se manifeste promptement : David Lisnard, maire de Cannes et président de l’association des maires de France qui vient de publier un communiqué à l’allure d’un manifeste politique au nom de son association Nouvelle Énergie, fondée de fraiche date et dont il est président.

En préambule, il affirme : "Il faut être lucide et tout changer dans l’approche qui depuis quelques années est celle de la droite".

Dans les Alpes-Maritimes, le président de la puissante fédération LR est le député niçois Éric Ciotti et la secrétaire départementale la députée Michèle Tabarot, tous les deux tenants d’une ligne autoritaire. Ils ne se sont pour l’instant pas exprimés pour dire ce qui pensent de cette auto-candidature qui risque, en perspective, de les marginaliser.

Par contre, des voix se sont élevées -en parfaite synchronisation- en son soutien, celle du député Eric Pauget ( Antibes) et celle de la conseillère départementale Anne Satonnet (Vence), mégaphone de ceux qui préfèrent rester derrière le rideau. Au moins pour le moment.

David Lisnard, sportif et amateur de marathons, est un habitué des longues distances.

Il sait bien qu’il faut d’abord prendre le parti , avant de convaincre les Français. Les grandes manoeuvres ont commencé. 2027 est semble loin et bien proche à la fois.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire