Municipales 2020 : Christian Estrosi propose à la Ministre des Armées d’accueillir à Nice les archives du Service central des Rapatriés

Cette opportunité tombe au bon moment et ce n'est certainement pas un candidat super-professionnel comme Christian Estrosi qui peut se la laisser passer sous le nez sans réagir. Comment ne pas considérer le poids numérique des "rapatriés " résidents , leurs descendants et leur influence électorale ? Dans tous les cas de figure , Christian Estrosi en sortira gagnant. Si la décision ministérielle lui sera favorable, chapeau ! Dans la cas négatif, il pourra toujours revendiquer le mérite d'avoir essayé. Bien joué !

« J’ai écrit ce jour un courrier à Florence Parly, Ministre des Armées, pour lui proposer d’accueillir, à Nice, les archives du Service central des Rapatriés, dont le regroupement sur un site unique est envisagé par l’Etat.

Je souhaite en effet accueillir à Nice, ville universitaire où les Rapatriés ont contribué au développement économique et à la diffusion du savoir et des arts, l’intégralité des documents relatifs à cette page d’histoire de notre pays, aujourd’hui fractionnés en diverses parties du territoire national. Les rassembler à Nice serait un message fort pour nos compatriotes, contraints à l’exil voilà bientôt soixante ans, et à qui notre ville a toujours su ouvrir les bras. C’est la priorité que je me suis donnée dès 2008 : veiller à poursuivre une politique locale constante et nourrie en faveur des Pieds-Noirs et Harkis.

Nous sommes la seule ville de France à avoir obtenu en 2011 le Haut Patronage de la Présidence de la République lors du Cinquantenaire du Rapatriement. C’est à cette occasion que le chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy, posa la première pierre de l’œuvre dédiée aux Pieds-Noirs et Harkis, dont j’ai décidé l’implantation sur la Promenade des Anglais.

J’ai également tenu à mettre en place un dispositif d’insertion professionnelle en faveur des enfants de Harkis au sein de la Ville de Nice et du CCAS, mais plus largement à l’échelle de la Métropole Nice Côte d’Azur. Nice et la Région Sud sont ainsi devenues les premières collectivités locales ouvertes aux emplois réservés, permettant déjà plus de trente recrutements.

C’est donc fort logiquement que je souhaite faire vivre sur notre territoire, qui accueille un grand nombre de Rapatriés et que seule la mer Méditerranée sépare de l’autre rive, cette Mémoire de la présence des Français en Algérie. La création à Nice de ce centre de recherches constituerait une importante valeur ajoutée pour une meilleure connaissance de la Vérité. De plus, nous possédons à Nice des infrastructures tout à fait aptes à abriter et consulter ces archives dans les meilleures conditions.

Je me tiens à la disposition des autorités de l’Etat pour la réalisation de toute étude ou analyse préalables afin de concrétiser cette proposition d’accueillir les archives du Service central des Rapatriés. Cela serait une grande fierté pour la terre d’accueil que constitue notre ville, et un gage de reconnaissance envers nos Rapatriés. »

Partager

Laisser un commentaire