Municipales 2020 : la passion et l’ambition de Christian Estrosi pour que " Nice soit plus grande qu’elle ne l’a jamais été""

On comprend aisément pourquoi les prochaines élections municipales sont déjà jouées à l'avance quand on voit la puissante capacité de mobilisation et organisation que le "candidat" Estrosi sait et peut mettre en place. Honnêtement , une compétition entre un super-professionnel et des bons amateurs , même si pleins de bonne volonté , manque de la condition de base, l'équilibre. Soutenu par un vaste réseau qui l'entoure ( administrateurs publics, acteurs économiques, personnalités du monde culturel, dirigeants associatifs), Christian Estrosi fait penser à ces seigneurs qui firent la Renaissance ( les Médicis à Florence, les Visconti et puis Sforza à Milan, les Este à Modène et Ferrara pour citer les dynasties plus connues) -d'abord dans la péninsule, puis en Europe- , un model d'organisation politique original pour l'époque, les "cités-état" dont la gouvernance était assuré par des oligarchies - jurisconsultes, banquiers , représentants corporations des métiers ( les guildes) et des hommes d'armes . D'ailleurs, Nice, ce comté qui prêta allégeance aux Rois du Piémont tout en gardant une autonomie , il en est le bon exemple. Cet ancien model , successivement remplacé par l'Etat-Nation , n'est-il pas prodromique à ce retour du balancier qui voit - à niveau mondiale- les villes et métropoles affirmer le principe de la subsidiarité, pour que la gestion de la cité et son développement soient conçus "in situ" ? Dans ce cadre de référence, écoutant le discours de programme de Christian Estrosi lors de la convention de hier matin au Palais de l'Acropolis, on y retrouve cette vision de "walking society" , d'une communauté qui avance dans un conteste mondial complexe et compétitif, qui a une vision de son avenir, trace le chemin, fixe ses objectifs et se donne les moyens pour y parvenir. Avec à sa tête, un Maire qui a et déclare la passion et l'ambition d'en faire une ville plus belle et grande de celle qu'elle n'a jamais été. D'ailleurs, il a renoncé à toute fonction , au sein des institutions publiques et de son parti [depuis plusieurs années, je suis Niçois et libre ! Libre de dire qu’ensemble on est plus fort] pour exercer ses mandats locaux.

Devant deux milles et plus personnes , après une long rappel des réalisations ( la Promenade du Paillon, la sécurisation des la Prom’ , la place Saint-François, le Parc du Ray, la Gare du Sud , les lignes 2 et 3 du tramway, la candidature au patrimoine mondiale de l’UNESCO sont parmi les plus significatives) de la mandature qui va vers sa fin ( le budget pour 2020 a été voté , les inaugurations des chantiers pratiquement terminées sauf celle d’un institut universitaire dans l’Eco-Vallée en programme le 30 janvier) , Christian Estrosi a présenté le cahier des prochains six ans et les principaux projets. Un cahier dense et ambitieux qui, après réalisation, représentera une nouvelle étape dans la mutation de la ville et son embellissement et modernisation.

On résume :

Ville Verte de la Méditerranée

La métamorphose en ville-jardin prévoit 50 nouveaux hectares d’espaces verts. ( 30 hectares de parc arboré et de loisirs à l’ouest et 20 hectares dans les quartiers, principalement à Saint-Jean d’Angély.

Le réaménagement de la voie rapide Mathis, en la verdissant et en en faisant une source d’énergie, par le biais du développement du photovoltaïque en installant un toit végétal et de panneaux solaires pour produire de l’électricité.

Puis l’extension de la Promenade du Paillon avec la démolition du TNN - qui trouvera une nouvelle maison à l’Eglise des Franciscain dernièrement rénovée- et du Palais de l’Acropolis , remplacé par le nouveau Palais des Congrès à Nice-ouest dans le cadre du centre inter-modal Aéroport- gare TGV de Saint-Augustin.

Palais des Sport et de la Culture

Le Palais des Exposition, lié au Palais de l’Acropolis , perdra sa fonction d’utilité complémentaire avec la suppression de celui-ci. Il sera transformé en équipement sportif et culturel qui fait tant défaut pour l’activités de haut-niveau des principaux clubs sportifs et permettra l’accueil des compétitions internationales à l’instar de l’Allianz Riviera pour le football.

Sécurité

Le dossier du nouvel hôtel de police , qui réunira les polices nationale , municipale et le centre de supervision urbaine restera le gros morceau.

Mais , ayant épousé l’Intelligence Artificielle et le potentiel de toutes ses applications,
l’installation d’un centre d’hypervision connecté à tous les dispositifs modernes" est fortement envisagé, et ce malgré les difficultés de son acceptation par le CNIL au nom du principe de défense des libertés individuelles.

Une carte de citoyenneté niçoise

Si Nice sera de plus en plus une ville de tourisme et un centre économique international avec les bienfaits qui en découlent, les habitants résidents restent le pilier de la vie au quotidien et il est du devoir de la municipalité de favoriser leur bien-être.

Une "carte de citoyenneté niçoise", permettra aux Niçois de bénéficier d’avantages financiers dans les infrastructures sportives, culturelles ou de loisir de la ville.

Egalement l’extension des horaires de fonctionnement des services administratifs facilitera leur accès aux citoyens , parfois contraints par les obligations professionnelles.

En conclusion , la voie pour la prochaine mandature est tracée, elle est "audacieuse". Reste à former l’équipe.

Christian Estrosi , qui a reçu après maintes tergiversations et polémiques, le soutien de son parti , Les Républicains, assure avoir les mains libres pour faire les choix de ses colistiers. D’après une déclaration de sa part , la liste sera dévoilé le 27 février.

Dans les prochaines semaines , le candidat Estrosi organisera pas moins de 18 réunions "d’écoute" dans les quartiers et associations afin de faire remonter à son attention des idées et propositions.

Partager

Laisser un commentaire