Municipales 2020 : la solidarité "au coeur " du programme de la liste Nice au coeur

Patrick Allemand et ses colistiers Christine Dorejo et Xavier Garcia ont présenté le troisième volet du programme de la liste Nice au coeur. Après Nice durable et Nice fluide, c'est le tour de Nice solidaire- en attendant le quatrième pilier, Nice Intelligente- qui a décliné plus de trente propositions ou préconisations qui ajoutées à celles des deux présentations précédentes font approchent à 150. Peut-être que choisir les plus stratégiques permettrait de mieux apprécier le sens de la marche de cette liste de gauche social-démocrate qui doit se confronter avec l'offre politique écologiste et de la gauche radicale. Interrogé à -30 du 15 mars, la tête de liste de Nice au coeur se veut optimiste : " le ressenti sur le terrain est bon".

Le document part d’un préambule : " La solidarité n’a jamais été considérée comme une question prioritaire par l’équipe municipale en place". Cette "vérité" serait-elle certainement contestée par Christian Estrosi et ses pairs mais pour Patrick Allemand elle ne fait pas doute : " la réalité est celle-ci" - dit-il en s’appuyant sur les données de l’Institut Montaigne.*

Suivent les propositions- divisées par titre, (i)"un logement pour tous", (ii) la santé pour tous" , (iii) " la justice sociale", (iv) "Tendre vers l’objectif zéro SDF" : comment ne pas être d’accord.

Si le côté utopiste - "il faut avoir la tête dans le ciel"- met un peu de piment dans ses beaux propos , celui réaliste- "et les pieds sur terre" -appelle au pragmatisme : ces listées sans indiquer les priorités prennent un peu l’aire des pages jaunes. A noter, qu’une certaines nombre de préconisations ne demandent pas de financements supplétifs mais découlent plus d’une volonté politique et d’une modification de l’organisation en place.

A titre d’exemple, on en citera quelques uns par titre :

(i) construire 1700 logements sociaux par an dans la métropole dont 1100 sur la ville de Nice ; créer 1000 logements locatifs étudiants nouveaux sur le mandat

(ii) faire de la lutte contre les addictions ( tabac, alcool, cannabis) chez les adolescents une grande cause municipale ; développer des actions de préventions des addictions dès l’école primaire, en priorité en Rep+

(iii) accroître le soutien accru à la vie associative opérationnelle dans les quartiers ; créer une caution municipale pour faciliter le logement des jeunes travailleurs

(iv) s’assurer que tous les SDF connaissent leurs droits , en particulier la possibilité de se domicilier au CCAS pour toucher le RSA socle ; doubler le nombre d’hébergements d’urgence au cours du mandat.

*selon l’Institut Montaigne, le taux de pauvreté était, en 2018, supérieur de 7 points à la moyenne nationale (14 % en France mais 21 % à Nice).

Trois autres chiffres illustrent ce choix politique. On compte à Nice 52 crèches, soit 15,2 crèches pour 100 000 habitants, ce qui en fait, parmi les grandes villes de France, la moins bien dotée en la matière.

Par ailleurs, l’enjeu du logement est prioritaire à Nice. En effet, la part des logements sociaux, dans l’ensemble des logements, est de 12,7 % à Nice. Elle est inférieure de plus de 12 points à l’objectif fixé par la loi SRU pour 2025 (25 %).

Enfin, le nombre d’hébergements po ur personnes âgées est de 5,2 pour 10 000 habitants, ce qui fait de Nice, la ville la moins bien dotée en la matière.

Le taux de pauvreté est élevé puisque plus d’une personne sur cinq est en situation de pauvreté avec un revenu médian des personnes pauvres qui se situe à 760 euros.

Partager

Laisser un commentaire