Municipales : la liste Estrosi veut des élus probes

"Candidats sur la liste de rassemblement menée par Christian Estrosi, nous nous engageons en signant cette charte à exercer demain notre mandat au service des Niçoises et des Niçois, en privilégiant l’intérêt général et local sur tout intérêt particulier, et en faisant des valeurs d’intégrité, d’éthique, d’exemplarité et d’honnêteté les exigences premières de notre mandat."

Cette déclaration grandiloquente et solennelle à la fois, s’inscrit dans la ligne équivoque dans laquelle le populisme et ses déclinaisons ont conduit le débat public.

D’où cette mutation paradoxale qui fait d’une conditions au préalable, un objectif à souscrire.

"Il n’est qu’une noblesse, elle est dans la vertu", lit-on dans les Satires de Juvenal (III,8,v.20)

En fait, quoi de plus normal d’un comportement "intègre, éthique, exemplaire, honnête" pour un candidat à la fonction publique et d’un élu si tel ? Pourrait-on imaginer le contraire ?

"Ipsa virtus pretium sui est" ( "il n’y a rien de meilleur, elle est sa propre récompense"), écrivait Sénèque dans "De vita beata".

Tout avait déjà été dit. Ce n’est-il pas inutile d’en rajouter ?

Les engagements de la charte  :

- à faire passer l’intérêt de Nice avant tout autre intérêt partisan ou national  ;
- à respecter les principes déontologiques de la charte de l’élu local consacrés par la loi du 31 mars 2015 ;
- à suivre une formation sur ces principes directeurs dans les 6 premiers mois du mandat  ;
- à privilégier l’intérêt général dans l’ensemble de mes actes et dans toutes les fonctions liées à mon mandat électif  ;
- à refuser les comportements racistes , discriminatoires ou sexistes  ;
- à combattre toutes les formes de communautarisme  ;
- à être présent aux réunions publiques des instances municipales et métropolitaines , ainsi que dans les commissions, les conseils de quartiers et dans tout organisme où je représente la ville et le cas échéant la métropole. J’accepte la réduction de mes indemnités si je devais manquer à cet engagement sans justification ;
- à être disponible afin de siéger dans les conseils d’école, à accomplir les délégations au nom du Maire et à célébrer des mariages  ;
- à rechercher systématiquement les solutions préservant au mieux l’utilisation des deniers publics et les moyens de la collectivité  ;
- à refuser et à révéler, aux autorités compétentes, toute ingérence ou tentative d’ingérence dans les procédures de commande publique  ;
- à ne jamais utiliser ma fonction dans mon intérêt ou celui des membres de ma famille ;
- à refuser tout avantage ou cadeau d ’une valeur supérieure au montant fixé par le Comité d’éthique créé par la délibération du Conseil municipal du 18 avril 2014  ;
- à indiquer au Comité d’éthique de la ville de Nice toute situation potentielle de conflit d’intérêt  ;
- à respecter les décisions du Comité d’éthique  ;
- à favoriser la concertation avec la population dans les projets portés par la ville  ;
- à favoriser la démocratie participative  ;
- à répondre dans les plus brefs délais aux interrogations des administrés  ;
- à soumettre au débat du Conseil municipal sous forme de vœux toute s propositions soutenues par au moins 5 % des contribuables de la commune de Nice ;
- à respecter le rôle des oppositions ;
- à présenter ma démission en cas de condamnation pénale définitivement jugée mettant en cause ma probité .

Partager

Laisser un commentaire