MunicipalesNice : la liste VIVA ! veut restituer sa vocation sociale à l’ancien Hôpital St Roch. Le projet sera soumis à un référendum

"L'ancien Hôpital a été vendu par le CHU à la Ville de Nice. Une convention a été signée avec le gouvernement pour convertir le site en Hôtel des polices : nous casserons cette convention et redonnerons sa vocation de solidarité et d'hospitalité à l'ancien hôpital.", proclame la liste VIVA !

Après douze années d’une politique du tout sécuritaire à outrance et il est grand temps de rééquilibrer la politique municipale. L’action sociale est systématiquement le parent pauvre des choix de l’actuelle majorité, comme le confirme le budget 2020.

En effet, dans le budget primitif 2020, en investissement, quand la sécurité rafle 21 M€, l’action sociale cumulée à la politique de la ville ne plafonne qu’à 8 M€. En fonctionnement, quand la sécurité atteint 72 M€ l’action sociale n’a que 25 M€.

Les dépenses d’événementiel et de communication de la Ville vont s’élever, selon le rapport d’orientation budgétaire, à 22 M€ en 2020.

Des dépenses inutiles passent même avant l’urgence sociale, comme le financement du grand prix de formule 1 du Castellet à hauteur de 6 M€. À titre d’exemple, 6 M€, c’est le coût de construction d’un centre d’hébergement et d’accompagnement social.

La Ville de Nice compte déjà le plus grand nombre de caméras de vidéosurveillance (2 666 caméras, une caméra pour 130 habitants) et de policiers municipaux par habitant (396 policiers municipaux, soit un policier pour 864 habitants, + 183 ASVP). Elle dépense un budget faramineux pour la sécurité pour des résultats équivalents à ceux de municipalités dépensant moins.

Christian Estrosi a prévu une dépense sécuritaire supplémentaire de taille pour la Ville de Nice : 40 millions d’euros en trois ans pour acquérir le site de l’ancien Hôpital Saint Roch (pour un coût total du projet de 200 millions) afin d’en faire un nouveau centre de sécurité, un hôtel des polices regroupant police nationale et municipale.

Or la police nationale et la police municipale savent travailler de concert dans de très nombreuses villes sans avoir à engager de telles dépenses.

Donner la priorité à la solidarité à Nice passe par des actes forts : la liste ViVA ! s’engage à restituer sa vocation sociale à l’ancien Hôpital Saint Roch et, de fait, à utiliser ces 40 M€ pour l’action sociale.

Les besoins sociaux, à Nice, sont énormes :

- Besoin d’EHPAD municipaux (actuellement seulement 236 lits en EHPAD municipaux) et d’espaces intergénérationnels
- Besoin de centre d’hébergements d’urgence (actuellement seulement 80 places pour hommes, 19 places pour femmes, pas de centre spécifique pour familles ni pour exilés)
- Besoin de centres de santé où l’on prend soin les uns des autres, quelque soient nos origines, citoyen·nes, résident·es, exilé·es, réfugié·es, SDF et en association avec des professionnels.
- Besoin d’une maison des femmes, ouverte sur de larges plages horaires, où les femmes quels que soient leur âge, leur situation sociale, économique, personnelle, leur culture, pourraient être reçues pour une écoute attentive, une prise en compte de leur situation et un accompagnement. (Difficultés professionnelle, violences, discriminations, contraception, …)

Nous pouvons donc y associer plusieurs dispositifs sociaux dont la complémentarité sera à affiner avec les services municipaux compte tenu des contraintes techniques du bâtiment, dont une partie est classée.

Fidèle à son principe de démocratie active, et comme pour chaque grand aménagement urbain, la liste ViVA ! présentera le projet aux habitants en toute transparence :

- Un état du bâti et un coût prévisionnel détaillé des travaux

- Un état précis des besoins en équipements sociaux avec plusieurs options possibles

Les citoyen·nes seront ensuite, et en parfaite connaissance de cause, appelés à se prononcer sur le projet.

Les Niçoises et les Niçois seront ainsi associés au projet de reconversion sociale du site de l’ancien Hôpital Saint Roch.

La superficie du site était annoncée à 29 900 m2 lors du projet initial en 2017. La Ville de Nice communique désormais sur 40 000 m2.

L’hôpital, en 2014, avait une capacité de 218 lits.

Partager

Laisser un commentaire