Politique régionale : il n’y aura qu’un seul Comité Régional de Tourisme, les élus azuréens insurgent !

On pensait qu'après le psychodrame des élections régionales, avec la droite Ciottiste qui avait contrarié la candidature de Renaud Muselier avant de se faire tordre le bras par les instances nationales pour porter son apport au deuxième tour, aurait mis entre parenthèses les dissensions internes, au moins jusqu'à l'automne et les échéances internes pour établir le candidat à la présidentielle.

Sur la carte cela paraît logique : le comité régional et la région font une, pourquoi il doit y avoir deux comités ? Un ne serait pas mieux, peut-être avec des antennes territoriales ? Ce serait sans faire le compte avec la réalité : comment effacer un organisme, le CRT Côte d’Azur (qui a ajouté à son nom rien de moins que "France"), créé en 1942 ?

La réponse vient des acteurs politiques locaux, le Président départemental en tête, suivi de députés, sénateurs, maires (au total près de 100 élus)* qui ont pris la plume et adressé une demande de suspension de cette délibération : "Avec 11 millions de touristes annuels, 10 milliards € de chiffres d’affaires et plus de 75 000 emplois directs, la destination Côte d’Azur représente à elle seule plus du tiers de l’économie
touristique de toute la région. Aujourd’hui, la volonté de la Région SUD d’assurer la promotion touristique en fonction de ses frontières administratives ne correspond pas à la réalité des destinations et du marché touristique. La Région doit tenir compte des particularités locales et des attentes de ses clientèles".

Renaud Muselier a balayé cette thèse et les supposées motivations : : "Ni abandon, ni complot : chaque centime d’euro sera maintenu pour les professionnels de la Côte d’Azur ! Simplement, comme dans TOUTES les régions de France, comme le prévoit le Code du tourisme, il n’y aura qu’un seul comité RÉGIONAL de tourisme dans la Région. Pure logique."

Moins nuancée et plus politique le commentaire de Christian Estrosi : "Surpris par l’agitation et l’hystérisation à l’égard de la politique extrêmement volontaire pour la promotion touristique menée par "Ma Région Sud" et validée à l’unanimité par la majorité venant de ceux qui il y’a quelques semaines espéraient voir notre région présidée par le RN."

Le niçois Pierre-Paul Léonelli, président du groupe de la majorité régionale, a mis un peu de sel sur la blessure : "le Président Muselier et celui du CRT précisent qu’il ne manquera pas un centime d’euro aux acteurs du tourisme Azuréen. Pour ceux qui pratiquent le procès d’intention il est bon de rappeller que MaRégionSud a distribué 216€/hab du 06 et 167€/hab du 13 en 2020".

Pour mémoire, le CRT Côte d’Azur est le fief de David Lisnard, maire de Cannes et Vice-Président du Conseil Départemental (un des organismes qui le subventionne) en charge du tourisme.

Des suppositions ont filtré dans l’entourage des acteurs principaux : petit croche-pied à l’adresse de David Lisnard, un des plus virulents, dans la critique à Renaud Muselier lors de la campagne pour les régionales ? Nouvel épisode de la "guéguerre" Ciotti-Estrosi après le frottement, en temps récents, au Conseil Départemental avec l’exclusion des estrosistes de la liste des dirigeants (Vice-Présidents, présidents de commission) ? Ou encore, une autre option qui ne tardera pas à faire surface ?

*En fait, techniquement, il s’agirait du retrait de l’adhésion et du financement de la Région au Comité Régional du Tourisme Côte d’Azur France, au profit exclusif d’un organisme régional unique, le CRT Provence Alpes Côte d’Azur. Un même projet avait été porté par le Président Vauzelle en 2012 et fortement contrasté à l’époque par Christian Estrosi.

** dans cette liste on ne retrouve pas certains élus , locaux ou nationaux, dit "estrosistes" ou LREM

Photo : Into the light photography

Partager

Laisser un commentaire