Présidentielle 2022 : Eric Ciotti ne sera pas le candidat LR

Vainqueur surprise au premier tour, le député maralpin n’a pas pu faire basculer le résultat final.

En reconnaissant le succès de Valérie Pécresse, il a appelé à une "droite forte sans compromission" pour "former un collectif puissant". Il a indiqué par ailleurs se rendre en campagne à Saint-Martin-Vésubie et à Nice dès lundi, avec elle.

L’ancien collaborateur et « porte-flingue » du maire de Nice, Christian Estrosi, a eu les coudées franches dans ce congrès, seul représentant de l’aile droite.

"Patron" de la plus puissante fédération locale LR ( avec près de 10000 adhérents), il a su faire peser ses idées et préempter le ministère de l’intérieur dont il rêve, en cas de victoire du candidat de LR.

Son positionnement décomplexé a séduit les militants de LR tout au long d’une campagne axée sur la sécurité, l’immigration et l’identité, des thèmes au cœur de son identité politique. Grâce à cette primaire il a acquis une stature nationale.

On pourrait le définir comme un Zemmour ... sans les outrances. D’ailleurs il n’a pas fait mystère de son admiration pour lui, en déclarant que, au cas d’un ballotage Macron-Zemmour, son vote lui sera assuré.

Valérie Pécresse sera la première femme à se porter candidate à la Présidence de la République comme candidate du parti qui, sous divers noms au fil des années, représente la droite républicaine.

Elue par les militants de son parti ( 70% de votants sur 140000 inscrits) , elle devra maintenant s’adresser au bien plus vaste collège électoral, celui des citoyens.

Le défi est de taille mais son ambition n’est pas de moindres : " Emmanuel Macron n’a qu’une seule obsession, plaire. Moi, je n’ai qu’une seule passion , faire."

Ce n’est pas par hasard qu’elle aime se définir, "moitié Thatcher, moitié Merkel" !

Partager

Laisser un commentaire