Présidentielle 2022 : MLP en tête dans les Alpes-Maritimes, Nice ( et Cannes et Antibes ) choisissent Macron

Le département des Alpes-Maritimes a majoritairement voté Rassemblement national pour le premier tour de l’élection présidentielle de 2022. Un résultat qui dénote par rapport au résultat national.

Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement national, arrive en tête dans la plupart des communes, avec une moyenne départementale de 26,64% des suffrages exprimés.

Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon se partagent le reste : une trentaine de communes sur les 163 que compte le département. Dans les Alpes-Maritimes, le président sortant récolte 24,99% des suffrages exprimés et le candidat de la France insoumise, 16,57%. Juste derrière, Eric Zemmour rassemble 13,99%.

Le score de Valérie Pécresse est un score historiquement bas : 5,15%. A Nice, la candidate LR a rassemblé 5,10 % des suffrages. Toutefois, à Saint-Martin-Vésubie, le fief d’ Eric Ciotti, elle est le deuxième choix des électeurs, avec 21,84% des voix, derrière Marine Le Pen (23,02%).

Cette claque pour les LR n’était pas attendue, du moins dans ces proportions. Jusqu’ici, le département et les principales villes étaient toujours restés un bastion de la droite républicaine, incarné par Les Républicains, l’UMP ou le RPR.

La "zemmourisation" de la ligne politique dans la foulée du président départemental du parti Eric Ciotti n’a pas trouvé le bon accueil chez les électeurs, qui sont oui de droite, mais sans épouser les positions extrêmes. Et pour ceux qui sont dans ce cas, ils ont préféré le programme de MLP à celui xénophobe de l’autoproclamé prophète Eric Zemmour.

Du côté du président sortant Emmanuel Macron, qui a largement amélioré son score de 2017, l’heure reste à la mobilisation. Objectif : le second tour, le 24 avril prochain.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, ex-LR désormais actif soutien d’Emmanuel Macron, appelle "à faire barrage à Marine Le Pen et à l’extrême droite".

Les soutiens de Marine Le Pen, arrivée deuxième de ce premier tour sur le plan national, veulent aller chercher du côté des électeurs d’Eric Zemmour, mais pas que. "AUCUNE voix ne doit manquer à Marine Le Pen", tweete Alexandra Masson, conseillère régionale RN et membre de la direction nationale.

Et Eric Ciotti ? Lui ne change pas d’idée : il ne votera pas pour Emmanuel Macron contre lequel il exprime une rancoeur tenace. Pendant la campagne électorale il avait annoncé son vote en faveur de Eric Zemmour si celui aurait été présent au deuxième tour. Et maintenant...ce sera MLP qui le "prophète" autoproclamé a adoubé ?

Partager

Laisser un commentaire