Régionales : Les Républicains confirment leur soutien à la liste de Renaud Muselier, la ligne "orthodoxe" d’Eric Ciotti désavouée

La réouverture des théâtres a peut-être inspiré les dirigeants du parti Les Républicains à monter une petite pièce burlesque, sympathique certainement, mais pas très concevable pour des hommes politiques qui ont des ambitions nationales.

Le feuilleton du soutien à la candidature de Renaud Muselier aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur devrait être définitivement réglé à l’issue du comité stratégique (le deuxième peu de jours !) qui l’a reconfirmé ce mardi, après l’avoir déjà concédé la semaine dernière.

Les 22 "stratèges" du parti ont voté à majorité pour cette solution, deux votes contre, quatre abstention (une cinquième n’a pas pu être comptabilisée pour l’absence physique de celui qui, si présent, aurait ainsi voté).

Parmi les "contraires", Eric Ciotti, qui la veille avait fait voter par le comité départemental dont il est le président le retrait du soutien à Renaud Muselier et que, par ce fait, il se trouve lui-même désavoué par l’instance nationale.

Maintenant que la fin de la récréation a été sifflée, tout va rentrer dans l’ordre ou il y aura une queue ? Que va faire le Comité départemental maralpin ? Il rentrera dans les rangs ou poursuivra sa dissidence solitaire ? Vu l’impromptitude des acteurs tout est possible !

"Dans la continuité et fier du bilan du mandat écoulé, nous souhaitons la victoire de Renaud Muselier empêchant ainsi le basculement au Rassemblement national" de la région Paca", a indiqué le boss du parti Les Républicains, à l’issue du conseil stratégique ce mardi, au cours duquel certains ont plaidé pour le retrait de l’investiture LR à la candidature du sortant à la tête de "Notre région d’abord".

Du point de vue politique Eric Ciotti a raté son objectif. On ne comprend pas très bien pourquoi, après que le comité stratégique de LR avait concédé une première fois le soutien à Renaud Muselier, il a pris une initiative dans le sens contraire au niveau départementale, sauf le lendemain participer à une réunion qui à confirmé à nouveau la première décision, de ce fait le désavouant et le plaçant dans une position inconfortable, celle du soldat sacrifié par l’état major pour des raisons supérieures.

Après avoir accusé Renaud Muselier de complicité avec les macronistes, du fait de la présence de certains candidats sur sa liste, il est maintenant soupçonné d’avoir essayé de favoriser, par son action, la liste RN/DN de Thierry Mariani : "Il est déjà complice du Rassemblement national, eh bien qu’il y adhère", a déclaré Sophie Cluzel qui à joué le rôle de poisson pilote (en tant qu’éphémère tête dune liste REM qui n’a jamais vu le jour) dans le rapprochement des macronistes et Renaud Muselier.

Vrai ou pas vrai, c’est le triste épilogue pour ceux qui ont perdu la partie.

*Eric Ciotti et Bruno Retailleau ont voté contre, Guillaume Peltier, Julien Aubert, Michèle Tabarot et Nadine Morano se sont abstenus.

Partager

Laisser un commentaire