Régionales : Renaud Muselier confirme Christian Estrosi comme tête de liste LR dans les Alpes-Maritimes

Alors que depuis une semaine, le monde politique régional est en émoi suite à l'annonce d'un possible accord entre Les Républicains et la majorité présidentielle LREM, le président sortant de la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur Renaud Muselier a annoncé déposer sa liste pour les élections régionales ce mercredi et surtout il a confirmé mettre en tête des candidats dans les Alpes-Maritimes : le maire de Nice.

Le président sortant du Conseil régional (LR), fidèle à son principe "d’additionner dès le premier tour", malgré les fortes réticences au sein de son parti, propose une liste "ouverte à toutes les sensibilités, aux compétences. C’est ma liste, elle n’est dictée par personne, je l’assume".

Sa liste sera ouverte aux Verts "raisonnables". "C’est un combat régional et non pas national. Je ne veux pas de débat national. Je suis LR mais je travaille pour ma région Sud. Il y a ici des arrières pensées permanentes pour savoir comment les élections présidentielles vont se passer, ce n’est pas cela le débat. Je ne suis ni dans les magouilles, ni dans les arrangements".

Et ce, "conformément à ce que j’ai dit, ce qu’a dit ma famille politique au niveau national, il n’y aura pas de ministre, ni de parlementaire et pas de fusion sur ma liste. Cette hystérie a assez duré. Je veux que l’on soit 100 % région", a-t-il affirmé.

Sans vraiment de surprise, on y retrouve certains de ses élus MoDem déjà en fonction dans sa majorité, mais aussi des personnalités clairement estampillées La République en Marche.

Renaud Muselier a confirmé que la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées Sophie Cluzel, cheffe de file de LREM pour les élections régionales des 20 et 27 juin, n’y figurait pas. Sauf que les tractations en cours devraient entraîner un nouveau revirement. Il se pourrait qu’elle ne propose pas de liste autonome, laissant les siens naviguer en compagnie de Renaud Muselier.

De côté des Alpes-Maritimes, Christian Estrosi en profite pour embarquer avec lui son adjoint Graig Monetti, chef de cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal, et étoile montante du panorama politique niçois.

Le sénateur cannetois et Vice-Président en charge des transports sortant Philippe Tabarot, opposé à l’élargissement de la liste aux représentants d’autres formations politiques autre que LR ("une erreur et un mauvais calcul politique"), n’y figure pas.

Photo DR

Partager

Laisser un commentaire