Sénatoriales sans enjeux dans les Alpes-Maritimes

Six listes, cinq sièges à pourvoir dans un département où Les Républicains règnent en maître. Dans les Alpes-maritimes, les élections sénatoriales devraient ressembler à une formalité pour la droite et un tour de chauffe pour tous les autres. Histoire de se compter, avant les élections départementales et régionales, prévues en mars prochain.

Ils sont partis en campagne comme on part en tournée. Une date chaque soir, dans une commune des Alpes-maritimes, à la rencontre des quelque 2 000 grands électeurs du département. Ici le maire d’un petit village de l’arrière-pays, là le conseiller départemental du canton. Surtout n’oublier personne, pour s’assurer de faire le plein des voix.

Les cinq candidats* de la liste Les Républicains et leurs deux suppléants ont continué de ratisser le terrain jusqu’au vendredi 25 septembre, avant-veille du scrutin des élections sénatoriales. Emmenés par la sénatrice sortante, Dominique Estrosi-Sassone, ils se sont assurés le soutien des principaux maires et présidents d’intercommunalité des Alpes-Maritimes, bastion LR par excellence.

Une campagne qui aurait pu ressembler à une promenade de santé si l’actualité et quelques candidatures surprises ne s’y étaient pas invitées, parfois sans prévenir.

Chez les LR pourtant, tous les pas de côté ne se valent pas. Anne Sattonnet en a fait l’amère expérience. Quelques jours après avoir annoncé qu’elle menait une liste dissidente, elle a été exclue de la majorité départementale. Elle qui dit avoir fait l’impasse sur les élections municipales pour s’investir pleinement au Sénat, n’a sans doute pas apprécié de ne pas figurer sur la liste de son parti.

Cette liste surprise est-elle rivale ou complémentaire de la liste officielle des LR, de la part de celle qui a dores et déjà annoncé que, si elle était élue, elle siègerait au sein du groupe LR au Sénat ? Lors des dernières élections sénatoriales, Jean-Pierre Leleux était lui aussi parti sans investiture. Sa victoire avait finalement permis à sa famille politique de compter un sénateur de plus, grâce à des voix qui auraient peut-être été perdues, s’il ne s’était pas présenté.

Ce face-à-face entre Dominique Estrosi-Sassone et Anne Sattonnet a un résultat déjà escompté. La puissante et adroite sénatrice sortante retrouvera Palis du Luxembourg, celle qui après avoir échoué à devenir maire de sa ville, Vence, restera au piquet. En politique, il ne suffit pas d’avoir des ambitions pour réussir.

À la droite de la droite, se dresse la liste du Rassemblement national, conduite par le premier opposant au maire de Nice, Philippe Vardon qui ne rate pas une occasion de marquer son territoire. Il n’a aucun espoir d’être élu mais, en fait, son objectif ce sont les prochaines régionales. Alors il faut rester en piste pour affirmer que le patron territorial du parti c’est bien lui.

La République en marche, est la grande absente de cette élection. Le parti (vu le vide sidérale de son ancrage électorale) n’aura finalement pas présenté de liste. En langage sportif, on appellerait ça un K.O par abandon.

À gauche en revanche, on retrouve une liste d’union. EELV, PCF et PS emmenée par l’adjoint au maire de Contes, le communiste Alain Michellis. Arriveront-ils à conserver dans leur giron le seul siège arraché par la gauche en 2014, celui du sénateur sortant Marc Daunis, qui ne se représente pas ? L’espoir est le dernier à mourir mais
on peut penser que cette union a pour but de préfigurer une dynamique qui se poursuivra lors de prochaines échéances électorales.

Enfin, c’est assez rare pour le souligner, dans une élection où traditionnellement les élus s’adressent aux élus, deux têtes de liste ont fait le pari d’un vote citoyen, en dehors des partis. Imen Cherif et Henri Trompier n’ont aucun mandat mais l’ambition de faire un tour de piste. On ne comprend pas très bien ce qu’il font là, sauf l’émotion de faire un tour de piste, mais il y a pire.

*Liste « Unis pour les Alpes-Maritimes » - (liste d’union de la droite)
Mme Dominique ESTROSI-SASSONE ; M. Henri LEROY ; Mme Alexandra BORCHIO FONTIMP ; M. Philippe TABAROT ; Mme Patricia DEMAS ; M. Jean-Marc DELIA ; Mme Sandra PAIRE.

Partager

Laisser un commentaire