Reconnaissance faciale : Patrick Allemand (DvG) craint la dérive sécutitaire

Une expérimentation de reconnaissance faciale pendant le Carnaval de Nice vient de démarrer, avec de nouveau l’autorisation de la CNIL. [....]Elle portera sur un échantillon de 1000 volontaires.

Lorsque ces tests, à plus grande échelle, seront opérationnels, se posera alors la question de la connexion avec des fichiers. Mais, quels fichiers ?

C’est ainsi que le champ de nos libertés individuelles risque de se trouver restreint par le numérique. Si nous ne réagissons pas aujourd’hui, nous nous acheminons vers une société « à la chinoise ».

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message