Nouvelle prison à Nice : Tout le monde la réclame mais personne n’en veut !

L'unanimité est faite autour de la nécessité d'une nouvelle prison à Nice en remplacement de l'actuelle vétuste, inadaptée et surpeuplée. Les problèmes commencent quand on passe à la réalisation, parce que personne n'en veut. Le fameux dicton anglais NIMBY " pas dans mon jardin" prend le dessus sur le sens civique.

Tout le monde se fait avocat de son intérêt avec des savantes explications pour étayer tout cela. Chacun pense d’avoir toutes les raisons du monde de ne pas accueillir l’établissement sur ses terres.

Ce sera le cas, demain de 10h à midi à Saint Laurent du Var où, à l’appel de son nouveau maire, Joseph Segura, une marche de protestation, à laquelle ont adhéré les communes limitrophes de La Gaude et Saint-Jeannet, est organisée.

Son but ? S’opposer à l’option du possible choix de la zone des Iscles de la part de l’APIJ (Agence Publique pour l’Immobilier de la Justice) qui a été chargée par le Ministère de la Justice de faire des propositions pour la construction du nouveau centre pénitentiaire.

On en est donc à ce stade mais pour les édiles locaux, il n’est jamais trop tôt pour faire entendre sa voix et faire barrage.

Le cortège rejoindra la Préfecture où une délégation demandera à être reçue par Monsieur le Préfet qui prendra note des raisons et transmettra à la hiérarchie.

Fin de l’épisode et à la prochaine...

Et bien non, puisque, malgré les nouvelles technologies, une prison sur la lune n’est pas encore d’actualité, quelle solution peut-on envisager ?

Christian Estrosi, en" paterfamilias" de la Métropole, a préféré faire le dos rond et se charger du problème : La prison actuelle est à Nice ? la future le sera aussi, en indiquant trois solutions dont, malheureusement pour lui, deux ne sont pas praticables (Les terrains n’appartiennent pas à la municipalités et sont prévus pour d’autres utilisations).

Reste la démolition et la reconstruction sur le site actuel. Au delà du fait qu’on devrait déplacer les prisonniers dans d’autres établissements pendant la durée des travaux alors que la situation logistique est plus que tendue en rapport au paramètre place/prisonnier (L’Union Européenne a pointé du doigt une situation qui ne respecte pas les standards communautaires).

Il y aussi un autre problème et pas des moindres : Les habitants du quartier, ou tout au moins une grande majorité, qui ne veut plus d’une prison au beau milieu d’une zone limitrophe au centre ville.

Des travaux gigantesques pour ensuite retrouver une autre prison, c’est sans doute la goutte d’eau qui a fait débordé un vase déjà bien plein.

L’association La Clé des Champs est mobilisée et une pétition a été signée par plus de 600 personnes.

Comme quoi... C’est pas encore pour demain !

Partager

Laisser un commentaire