Le Service Civique au cœur des quartiers populaires : un outil précieux

« 45 % de taux de chômage chez les jeunes résidant dans les quartiers prioritaires (QPV) et 600 000 jeunes sans activité » : le rapport Borloo sorti en mai 2018 est alarmant, et invite à une « mobilisation générale des acteurs » pour favoriser l’insertion et l’emploi des habitants des quartiers.

Engagement citoyen et insertion des jeunes : des maître-mots du Service Civique au cœur des enjeux des quartiers prioritaires

Connue pour avoir servi d’inspiration au Service Civique et pour son engagement en faveur de son développement, Unis-Cité est également un acteur de l’insertion des jeunes des quartiers, où elle mène de nombreuses actions. Ce sont près de 2000 d’entre eux qui sont accueillis chaque année par l’association, et 60% des missions confiées aux volontaires d’Unis-Cité sont réalisées au cœur des quartiers populaires.

Unis-Cité vient d’ailleurs d‘être désignée comme « association structurante pour les QPV » par le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires (CGET). Et elle ne compte pas s’arrêter là : son objectif est de tout faire pour que le Service civique soit accessible à tous les jeunes, comme aux acteurs, notamment associatifs, des QPV.

Un dispositif à l’impact éprouvé : à déployer !

Avec 25 années d’expérience et plus de 25 000 jeunes mobilisés et accompagnés, dont plus de 5000 des quartiers, pour beaucoup sans qualification, Unis-Cité a réuni les preuves de l’impact du Service civique face aux enjeux des quartiers prioritaires :

Le Service Civique est un tremplin d’insertion citoyenne et professionnelle pour les jeunes : 82% de l’ensemble des anciens volontaires d’Unis-Cité sont en emploi ou formation 6 mois après la fin de leur service… et 76% de ceux qui étaient déscolarisés et sans emploi avant (= 44% des jeunes accueillis par Unis-Cité).

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message