Les féministes demandent "une Europe sans muraille"

A l'initiative de Pinar Selek, sociologue et coordonnatrice de l'observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes, et malgré les perturbations causées par des militants anti-immigrations.

Deux à trois mille personnes ont défilé ce samedi après-midi derrière la banderole de "Toutes aux frontières !" pour dénoncer notamment "les politiques migratoires européennes".

Pour Pinar Selek, poursuivie dans son pays, "c’est très important de réussir cette action féministe transnationale pour montrer que les femmes en migration sont 54% en Europe mais sont invisibles ainsi que toutes les minorités sexuelles et de genre."

Depuis 2015 et le pic de l’arrivée des migrants, les politiques mises en place n’ont pas diminué les flux mais ont augmenté les violences que subissent les migrants.

L’irruption de quelques militants anti-immigration avant le départ du défilé a provoqué quelques échauffourées et donné lieu à une dizaine d’interpellations par les polices nationale et municipale.

Photo DR

Partager

Laisser un commentaire